Dalaba : à la découverte d’un biodigesteur made in Ditinn à multiples fonctionnalités (Reportage)

septembre 13, 2018 11:31
0

L’impact de la saison sèche sur le quotidien des paysans a stimulé chez certains des mesures aléatoires pour affronter prochainement cette crise. Car, la sécheresse  qui a touché la région de la Moyenne Guinée a décimé le bétail et les cultures vivrières, entrainant des pertes colossales chez les producteurs.

A Ditinn, une sous-préfecture de Dalaba, un producteur a mis en place un biodigesteur qui, à partir de bouse de vache, alimente son ménage en gaz mais aussi nourri sa volaille et son bétail pendant la période où le bétail ne trouve pas de pâturage.

Mamadou Samba Camara, alias ‘’Zito’’, un sexagénaire, est l’inventeur de ce biodigesteur installé dans son village de Léreya, situé dans la sous préfecture de Ditinn, à une trentaine de kilomètres de la ville de Dalaba. La rédaction locale de Guinéenews© est partie à sa rencontre pour découvrir ce biodigesteur.

Installé dans le sous-sol, dernière sa maison, le biodigesteur alimente la cuisine en gaz de butane pour la cuisson mais aussi l’éclairage de la cour. Il comprend un bassin d’entrée, un dôme, une vanne, un bassin de sortie de l’effluent et une fosse de compost.

«Pour réaliser un biodigesteur, il faut disposer d’un troupeau de bétail qui nous permet d’avoir chaque jour 60kg de bouses de vache. Si le biodigesteur est construit, on doit faire un chargement initial qui demande 2683 Kg de bouses de vache et de 3000 litres d’eau. Après deux mois l’effluent commence à sortir. Ainsi le biodigesteur commence à produire le gaz. Ensuite, l’alimentation du biodigesteur sera au quotidien: 60kg de bouse de vache et 60 litres d’eau », explique l’initiateur.

Sur le fonctionnement, Zito Camara indique : « à partir du bassin d’entrée, on fait quotidiennement le chargement de 60kg de bouses de vache (attention non le fumier) et de 60 litres d’eau. Le dôme est le lieu de la décomposition de la solution. Au niveau de la vanne, on récupère le gaz pour alimenter la cuisine et l’éclairage de la cour. Plus loin, nous avons le bassin de stock des effluents. Enfin, il y’a une fosse de compost où les effluents sont récupérés avec d’autres matières organiques pour en faire des engrais ».

Ce qui est surprenant avec ce biodigesteur, la bouse de vache est recyclée pour servir à nourrir le bétail mais aussi servir à d’autres choses utiles.

« L’effluent peut servir à beaucoup de choses. Pour l’alimentation des ruminants, nous allons prélever  25kg d’effluents bien séchés à l’ombre, mélangés à 75kg de sons de riz et de sons de maïs. Pour l’alimentation de la volaille et la pisciculture, on mélange 50kg d’effluents bien séchés à l’ombre, plus 25kg de sons de riz et 25kg de sons de maïs », explique Mamadou Samba ‘’Zito’’ Camara.

Aussi à partir de l’effluent, nous pouvons obtenir de l’insecticide. « On prend une gousse de l’aile, 1litre d’effluents, 2  litres et demi d’eau, 1kg de sons de maïs, on mélange très bien, on met dans un bidon et on ferme très bien. Au bout de 7 jours, on a un produit prêt. A partir de là, on peut utiliser pour traiter notre champ contre les nématodes et les insectes qui détruisent nos plants. On peut aussi appliquer la solution sur les animaux pour les débarrasser des tiques, poux et autres parasites de peau », a-t-indiqué. Poursuivant, il ajoute qu’à partir de l’effluent, on peut faire une solution pour avoir de la vitamine à donner aux volailles.   Pour cela, on mélange 1 litre d’effluent, 1kg de son de maïs et un poisson pourri pour attirer les mouches. Une fois que les mouches déposent leurs œufs, cela peut se développer quand vous avez les vers, vous pouvez donner à votre volaille pour leur apporter de la protéine ».

Les bienfaits de l’effluent du biodigesteur ne se limitent pas seulement à l’alimentation des animaux, il peut aussi avoir des vertus curatives. «Pour ceux qui ont des crevasses aux pieds (talons fissurés), quand ils trempent quotidiennement les pieds pendant 30 minutes dans l’effluent au bout de quelques jours les crevasses vont disparaitre. L’effluent traite aussi les boutons sur la figure», a fait savoir Zito Camara.

Enfin, notre interlocuteur nous a confiés qu’à partir de la fosse de compost, il peut avoir chaque année 60 tonnes d’engrais organiques bien composés qu’on peut utiliser dans l’agriculture à la place des engrais chimiques.

Au cours de la dernière saison sèche, plusieurs bétails ont été décimés dans la région de la Moyenne Guinée faute de pâturages et d’eau.