Dalaba : après le pillage de leur institut, la ville désertée par les étudiants

0
253

Les violences enregistrées la semaine dernière dans la ville de Dalaba ont contraint plusieurs étudiants de l’Institut supérieur des sciences de la médecine vétérinaire à fuir la ville. Actuellement les cours sont à l’arrêt. Une situation qui préoccupe aujourd’hui la direction générale de l’institution malgré le pillage dont elle a fait l’objet récemment.

En lien avec l’appel à la ‘’résistance continue’’ du Front national pour la défense de la constitution (FNDC) dans tout le pays, certains manifestants ont saccagé à Dalaba des édifices publics notamment des bâtiments de l’administration préfectorale et de la direction générale de l’Institut. Au cours de ces pillages, plusieurs ordinateurs ont été emportés.

La rédaction de Guinéenews@ a visité les locaux vandalisés de cet institut. Portes éventrées, meubles renversés, des paperasses éparpillés çà et là. Voici le spectacle de désolation qui s’offre actuellement à tout visiteur des locaux de la direction générale de l’Institut supérieur des sciences de la médecine vétérinaire de Dalaba.

Choqués, les responsables des lieux n’en reviennent pas.

« Ce qui est perdu, est perdu ! Ce qui peut être ramené, ce serait bon de les ramener notamment nos ordinateurs. Ces ordinateurs constituent l’âme de l’Institut de Dalaba. Je souhaite que les sages de Dalaba s’investissent pour le retour des étudiants de l’Institut qui représente une fierté nationale », lance le professeur Youssouf Sidimé, le Directeur général dudit institut.

Et de poursuivre :  » près d’un tiers des étudiants ont quitté la ville. Ce ne sont pas des Guinéens seulement. Il y’a des Centrafricains, des Tchadiens, des Nigériens, des Ivoiriens etc. », a-t-il précisé.

Au centre-ville, notamment dans les foyers où ces étudiants sont hébergés, l’on affirme qu’ils sont partis de leur propre volonté, peut-être terrifiés par les violences dont ils ont été témoins. Sinon, personne d’entre eux n’a été chassé d’ici, nous martèlent nos interlocuteurs.

Quant à Elhadj Mamadou Chérif, un habitant de la ville, il dit regretter le pillage de la direction de l’Institut :  » nous déplorons ce qui s’est passé. Même moi, je n’ai pas été épargné à la mosquée où j’ai été gazé lorsque je tenais une rencontre sur la paix. Je sollicite que le maire responsabilise les chefs des quartiers pour qu’ils identifient les tuteurs des étudiants dans les quartiers et les exhorte à prendre contact avec les étudiants pour qu’ils reviennent.’’

L’Institut supérieur des sciences et médecine vétérinaire de Dalaba est, par ailleurs, un établissement d’enseignement supérieur public qui développe trois filières : Médecine vétérinaire ; Pêche et aquaculture ; Technologie et contrôle des produits animaux.