Débats sur la constitution et les législatives : un cadre du RPG charge les opposants  

0
114

S’exprimant sur la nouvelle Constitution et les élections législatives ce samedi 5 octobre au siège du RPG Arc-en-ciel à Gbessia à la faveur du meeting traditionnel du parti, le préfet de Faranah par ailleurs membre de la direction nationale du RPG, Ibrahima Kalil Kaita a soutenu que ces questions ne sont pas difficiles.

D’après lui, ces deux problèmes ne sont nullement difficiles dans la mesure où le mandat des députés a expiré qu’au même moment la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) affirme être prête à enfin organiser les législatives pour avoir une nouvelle législature.

« Ce que je comprends, c’est que l’opposition ne veut jamais que le président de la République Alpha Condé travaille dans ce pays. Leur souhait est de passer tout le temps dans les manifestations de rue. C’est pour nous faire perdre du temps pour juste dire que le président de la République Alpha Condé n’a pas travaillé. Ayez pitié de ce peuple, nous sommes tous assujettis à la loi. Quand vous prenez Kouroussa, Mandiana, Dinguiraye et Siguiri, ces villes sont peuplées à cause de l’exploitation de l’or. Siguiri seule a plus de deux millions d’habitants », a-t-il expliqué en faisant implicitement allusion aux accusations de l’opposition quant au gonflement ‘’anormal’’ du nombre d’électeurs sur le fichier électoral.

En ce qui concerne la nouvelle Constitution, Ibrahima Kalil Kéita a lancé une invite aux constitutionnalistes d’expliquer aux populations ce que veut dire une Constitution… « Aucune Constitution n’est figée. La loi de la métaphysique n’existe pas dans les Constitutions parce que tout évolue… Le président Alpha Condé a voulu consulter son peuple. Cela ne vaut pas la peine de prendre des machettes les uns contre les autres », a-t-il plaidé.

Lire vidéo: