Débats sur la nouvelle constitution : la position de l’UPR se fait toujours attendre !

0
668

Encore membre de la majorité présidentielle, l’Union pour le Progrès et le Renouveau (UPR) de Bah Ousmane n’a toujours pas exprimé sa position sur le projet de changement constitutionnel. Officiellement, il y a un débat interne à l’issue duquel ce parti allié du RPG Arc-en-ciel décidera de s’engager ou pas dans ledit projet.

Seulement, en attendant cette position officielle, dans les faits, tout porte à croire que le parti du ministre d’Etat conseiller à la Présidence de la République a son propre agenda. C’est du moins ce que Guineenews a constaté à travers un de ses reporters présent à l’assemblée générale du parti cet après-midi.

Pendant que l’idée de nouvelle constitution focalise le débat au niveau national et particulièrement dans les états-majors des partis politiques, à l’UPR, la préoccupation est ailleurs. Même si la formation politique de feu Siradiou Diallo continue d’entretenir le suspense à propos de ce projet que l’essentiel des partis de la mouvance présidentielle ont déjà entériné.

L‘UPR dit avoir besoin de débats à l’interne en vue d’adopter une position officielle. Mais pendant que sa position se fait attendre, le parti n’est pas pressé. En témoigne l’ordre du jour de son assemblée générale ce samedi. Il était question de mobilisation sur fond de renouvellement des instances dirigeantes et de préparation des candidats en vue des législatives. La question du projet de nouvelle constitution a été soigneusement évitée. Même l’adresse à la nation du président de la République qui a focalisé toutes les attentions cette semaine n’y a pas été abordée.

Au contraire, les débats ont tourné au tour de l’implantation de l’UPR et son déploiement sur le terrain en vue des prochaines échéances électorales. A la rencontre de cet après-midi, les responsables n’ont évoqué le cas de leur allié (RPG Arc-en-ciel) que par nécessité. Il était question d’informer les militants sur les concertations en cours au sein de la majorité présidentielle, à propos du « partage » des places au niveau des démembrements de la commission électorale indépendante (CENI).

L’essentiel des discours a porté sur les préparatifs des législatives annoncées pour cette année. Sans oublier la présidentielle à l’issue de laquelle les militants et responsables de l’UPR disent n’avoir qu’une envie, un objectif : voir Bah Ousmane « président de la République en 2020 » selon leurs propres termes.