Décentralisation : un maire de l’opposition dénonce le « gaspillage » des compétences et loue les mérites de Alhassane Condé

0
865

En plus des problèmes généraux de gouvernance, l’un des péchés des l’administration guinéenne, particulièrement le pouvoir actuel, c’est la sous-exploitation des compétences. C’est en substance, l’un des aspects que nous retenons d’un entretien accordé à Guineenews ce samedi 13 juin, par le maire de la commune de Dixinn, Samba Diallo.

A l’instar des autres maires des cinq communes de la capitale guinéenne, l’actuel chef de l’exécutif communal de Dixinn a réagi à l’annonce de l’adoption du projet de l’agence de financement des communes de Conakry (AFICCON). Une annonce qui a été faite par le gouvernement il y a une dizaine de jours. A cette occasion, ce maire issu des rangs de l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG), principal parti de l’opposition, a abordé le fonctionnement de la décentralisation dans le pays. Notamment le manque d’efficience dans la gestion du secteur.

Serions-nous tentés de l’affirmer logiquement. Sauf que le maire opposant n’a pas fait que dénoncer la gestion du secteur par le pouvoir actuel. Dans ses propos, Samba Diallo a déploré ce qui s’apparente à un «gaspillage» des ressources humaines en parlant singulièrement du cas d’un cadre du régime Condé. Un ex-membre du gouvernement de surcroit. Alhassane Condé, puisque c’est de lui il est question, un ancien ministre de la Décentralisation et actuellemnt ministre Conseiller à la Présidence de la République.

« Aujourd’hui, Alhassane Condé a toutes les idées. On n’a même pas besoin d’aller vers eux (les tenants du pouvoir ndlr) pour leur expliquer. Il (Alhassane Condé ndlr) connaît tout ce qui est prioritaire dans les communes…», témoigne l’opposant. Et toujours en faisant allusion ce ancient ministre, le maire de Dixinn precise: “en matière d’expertise à la décentralisation, la Guinée a le meilleur des expérimentés dans  ce domaine. »

Dans la même lancée, confie-t-il, « le Burkina Faso est venu copier chez nous ici, auprès de nous. Ils sont très avancés aujourd’hui…». Et de déplorer le fait qu’en Guinée soit toujours le meilleur dans les prises d’initiatives mais, l’éternerl dernier dans leur mise en oeuvre.

Une réalité qui doit changer pour qu’un jour le concept de développement, à commencer par les centres urbains jusque dans les collectivités locales, cesse d’être un voeu pieux pour enfin devenir une réalité dans ce pays.