Décès de Jabbar : RasCondel, Elie, Aly Léno, Malick Kébé, avalanche d’hommages au défunt

982

L’artiste reggaeman Abdoul Karim Diallo, célèbre sous le sobriquet de ‘’Abdoul Jabbar’’, a tiré sa révérence dans la matinée de ce vendredi 5 février 2021, à l’hôpital de l’amitié sino-guinéenne où il était sous soins. Une triste nouvelle qui plonge aujourd’hui la grande famille artistique et culturelle dans l’émoi total.

Des amis qui ont côtoyé le défunt de son vivant ne tarissent pas d’éloges à son égard. C’est le cas notamment de RasCondel, un ami avec lequel Abdoul Jabbar a travaillé sur plusieurs projets. C’est d’ailleurs à ce titre que celui-ci, au lendemain de l’hospitalisation de son frangin, a ouvert une ligne de solidarité pour venir en aide au patient qui ne se relèvera pas de son mal malheureusement.

« Abdoul Jabbar est l’un des artistes les plus créatifs de la Guinée. Et malheureusement, ces dix dernières années, il n’a pas fait de productions. Je retiens de cet ami un homme humble et pétri de talents », confie, gorge nouée, Rascondel qui ajoute que l’autre semaine, alors qu’il quittait au chevet de son fils alité à l’hôpital, le père de Jabbar a été renversé par un motard, et en est décédé le même jour.

Pour sa part, Elie Kamano retient de feu Abdoul Jabbar, c’était un homme effacé, timide et très réservé. « Franchement, de nous tous, c’était le plus réservé. Parce qu’on faisait tout, quand on était ensemble, de le sortir de sa timidité, mais non. C’était un homme très sympa, qui n’avait aucun problème. Et au-delà de la musique, nous, on entretenait des relations très particulières, parce qu’il me fréquentait tous les jours. C’est une perte énorme », témoigne-t-il.

Le journaliste culturel Aly Bongo Léno était très familier à l’illustre disparu. Ces derniers temps, les deux hommes travaillaient beaucoup ensemble, vu parce que Jabbar considérait déjà ce confrère comme son manager.

« Nous étions sur les travaux de son futur album intitulé ‘‘Spiritual War’’. Et on était prêt à mettre la promo en place. Le 5 janvier dernier, on a sorti son deuxième single ‘‘Señorita’’. Donc, lui et moi étions tout le temps en communication. La dernière fois qu’on s’est écrit, c’était le 18 janvier. Il m’a envoyé le formulaire du MASA 2022. Et lui et moi avions rendez-vous quelques jours après pour pouvoir lui proposer un plan de communication dans les médias. Il me disait chaque fois qu’il lui fallait revenir sur scène pour avoir duré dans le studio d’où il ressort avec beaucoup de sons. On avait aussi en projet son grand concert à l’occasion de la Fête de la musique. Malheureusement, quelques jours après, c’est RasCondel qui m’appelle pour m’informer que notre ami a fait un AVC. Jabbar était un homme bien. La musique était sa passion. Et puis, il avait de très grands rêves. Que son âme repose en paix », formule Aly Bongo Léno.

Le directeur général du Fonds de développements des arts et de la culture est également affecté par le décès d’Abdoul Jabbar. Dans son témoignage, Malick Kébé commence tout d’abord par présenter ses condoléances à la famille biologique de Jabbar, avant de l’élargir sur l’ensemble de la famille culturelle de Guinée.

« Vous n’êtes pas sans savoir qu’Abdoul Jabbar fait partie des pionniers qui ont œuvré pour la promotion du reggae en Guinée, aux côtés d’Elie Kamano et d’autres, bien entendu, après Alpha Wess et Daddy Cool. (…). Il a valablement participé à la formation que le FODAC a récemment organisée, sous l’égide du ministère en charge de la Culture, du côté du stade de Nongo. Du début jusqu’à la fin, Jabbar n’a pas manqué un seul instant. Il est parti avec son projet qu’il n’a malheureusement pas su mener à bout. Mais nous ferons tout pour que cet album puisse sortir, à titre posthume », a rassuré M. Kébé.

Selon le programme des obsèques qui nous est dévoilé, un symposium sera organisé demain samedi en faveur duquel le corps du défunt sera exposé, à l’hôpital Sino-guinéen pour des hommages, suivi de son acheminement à Fria la ville natale de Jabbar où est prévue son inhumation le dimanche 7 janvier. Outre ses parents, amis et connaissances, il laisse dans le deuil trois enfants. Paix à son âme !