Décès de Mory Kanté : Justin Morel se souvient d’un ami avec qui il a une histoire commune

0
173

L’infatigable mort vient d’arracher l’artiste Mory Kanté à l’affection collective de ceux qui l’ont connu, côtoyé ou qui ont été bercés par ses nombreuses compositions musicales. L’ancien ministre de l’Information et ancien porte-parole du gouvernement Justin Morel Junior fait partie de ces personnes à avoir passé des moments inoubliables avec celui qui deviendra, par la force des choses, un voisin. Témoignages!

« Je retiens de Mory Kanté trois choses: la fidélité, la jovialité et la maîtrise de son instrument. Je dis jovialité, parce qu’à tout moment, à chacune de nos rencontres, il a toujours eu des mots, des rappels de situations, pour nous faire rire et nous faire passer le temps de manière agréable.

Je dis aussi fidélité, parce que j’ai quelque part une histoire commune avec Mory Kanté. Au temps de la Révolution, j’ai passé des moments difficiles à cause d’un de ses clips que j’avais réalisé. Suite à cette situation, j’ai subi des sanctions. Cela l’avait réellement traumatisé. Et depuis, on a gardé des relations. Lui-même, à plusieurs reprises, quand il est venu dans mon espace chez JMJ Maggi à Kipé, il a eu à raconter cette histoire au public. Il dit que c’étaient des moments durs que nous avions passés ensemble et que cela rendait notre amitié plus solide. Mais à part cela, comme par hasard, nous étions voisins ici à Kipé. Chaque fois que le cœur lui donnait envie, il venait naturellement discuter avec moi des situations culturelles en général, et familiales bien souvent. 

Le décès de Mory Kanté est donc une perte immense, pas seulement pour la Guinée, mais pour l’Afrique et pour le monde entier. Il fait partie des pères de la world music. Ce sont: Mory Kanté, Manu Dibango, Youssou Ndour qui constituent les réelles têtes de pont de l’avènement, dans les années 80, de la sauce, de l’émergence de la musique africaine mélangée aux autres, qu’on a appelé  la world music. Ce qui traduisait très bien son caractère universel. Donc, pour moi, ce n’est pas seulement la Guinée qui pleure aujourd’hui. Je reçois des messages de compassion de partout.

Ce qu’il convient d’ajouter à cela, c’est le caractère universel de ses messages dans ses compositions musicales axées essentiellement sur la paix, l’amour et l’unité nationale. Cela aussi bien pour ses chansons traditionnelles que modernes.»