Décès du détenu Elhadj Ibrahima Sow : voici le témoignage de son fils

0
532

Au lendemain de la présidentielle du 18 octobre, de nombreuses personnes ont été interpellées par les forces de sécurité à Conakry et à l’intérieur du pays. Elles sont accusées de destruction de biens publics et privés, de violences, d’assassinats, etc. Aujourd’hui, elles sont aussi des dizaines à croupir à la maison centrale de Coronthie, la plus grande prison du pays.

Arrêté le 24 octobre dernier devant son domicile à Hafia, dans la commune de Dixinn, Elhadj Ibrahima Sow, originaire de Dalaba et âgé de 68 ans, a rendu l’âme dans la soirée du lundi 16 novembre au CHU Ignace Deen, à Conakry, a appris Guineenews de source familiale.

Un de ses fils, Boubacar Sow témoigne : « Mon papa a été arrêté à notre domicile le 24 octobre dernier à Hafia.  Les forces de l’ordre nous ont trouvés assis devant chez nous ce jour-là. Ils ont lancé des gaz lacrymogènes contre nous. Quand nous avons quitté, les services de sécurité se sont attaqué à ma place et à notre portail. Quand mon papa a entendu le bruit, il est sorti leur dire d’arrêter de gâter ses lieux. Ils mettent des loubards devant pour venir détruire chez nous. C’est ainsi comme il s’est opposé, ils l’ont mis aux arrêts. Là, ils ne l’ont rien fait. C’est avant-hier qu’il a été battu à la maison centrale. Ainsi, il est décédé hier à 23 heures. Le corps est actuellement à la mosquée à Hafia. Nous allons l’enterrer après la prière de 16 heures », a-t-il confié à notre rédaction.

Mais selon une source anonyme jointe par nos soins, le détenu Elhadj Ibrahima est tombé malade avant d’être admis à la clinique de la maison centrale. De là, il sera transféré en présence des membres de sa famille à Ignace Deen. Malheureusement, il ne se relèvera pas.

Selon le chargé de Communication du ministère de la Justice, Sékou Kéita, Ibrahima Sow est arrivé le 27 octobre avec un mandat de dépôt à la maison centrale. « Mais ce jour, comme il faisait tard, le test Covid n’a pas pu être fait. Le lendemain, il a été testé positif au Covid-19. Il a ainsi été admis au Centre de traitement épidémiologique de la maison centrale jusqu’au 13 novembre. Comme il est guéri, Ibrahima Sow a été mis dans une cellule comme tout prisonnier. Le dimanche dernier, après le constat du médecin de la maison centrale, il a constaté qu’il faisait de troubles. On a compris qu’il était diabétique. Avec sa fille qui lui avait apporté à manger, il a été envoyé à Ignace Deen où il rendu l’âme suite au diabète. Le certificat médical en fait foi« , dira-t-il à Guineenews.

Toutes nos tentatives pour joindre le Régisseur de la maison centrale ont été sans succès.