Déguerpissement dans la forêt de Déré à Lola : le directeur du CEGENS fait le point

0
196

Les gardes forestiers guinéens poursuivent leurs opérations de déguerpissement des occupants illégaux de la forêt classée de Déré, dans la    sous-préfecture de N’Zoo (préfecture de Lola), au sud-est de la Guinée. Neuf mois après le début de ces opérations, Guinéenews rencontre le directeur du Centre de gestion de Nimba et Simandou (CEGENS), le colonel Papa Condé pour nous dresser un bilan de mi-parcours.

 «C’est le 18 décembre 2018 que le chef de l’Etat, lors d’une visite de travail à  Lola, a donné des instructions fermes aux autorités militaires et paramilitaires de déguerpir les occupants illégaux de la forêt de Déré. Depuis ce jour, on s’est mis au travail… », a indiqué le directeur du Centre.

Selon lui, le travail a commencé par la sensibilisation des occupants. Ensuite les opérations de déguerpissement ont été lancées avec des patrouilles. Plusieurs occupants ont donc été arrêtés. « On a arrêté plus d’une trentaine d’occupants illégaux dans cette forêt de Déré. Nous avons aussi détruit plusieurs campements installés illégaux dans la forêt. Nous n’allons pas baisser les bras et nous allons lutter farouchement contre la présence des personnes dans cette forêt classée.  C’est une opération continue… », a-t-il poursuivi.

 Il a aussi indiqué que tous ceux qui sont interpellés, sont envoyés à la gendarmerie départementale de Lola. « On les entend, puis on les transmet à l’Office ivoirien des parcs et réserves (l’OIPR) qui les juge et nous envoie les grosses de jugement de ces délinquants », a-t-il expliqué. « Le bilan du déguerpissement est positif dans la mesure où nous avons chassé plusieurs milliers de personnes et détruit plusieurs campements que ces occupants avaient installés dans cette forêt classée depuis 1930 et qui fait partie des biosphères des monts Nimba », a-t-il dit.

Pour le colonel Papa Condé, le site était en péril. « Aujourd’hui, après le départ des occupants, nous allons maintenir la pression pour que la forêt puisse retrouver sa forme initiale », promet-il.

Toutefois, le Directeur de CEGENS rappelle que son équipe est à bout de force par manque de moyens. Les appuis de l’Union Européenne et de l’Unops ne suffisent pas pour assurer une surveillance continue de la forêt. « Nous sommes en train de chercher les moyens auprès des bailleurs de fonds pour reboiser là où on a chassé les occupants illégaux », a-t-il signalé.

 S’inspirant de l’exemple de la Côte d’Ivoire, le colonel Papa Condé sollicite la destruction de toutes les plantations de café et cacao pour décourager le retour des occupants illégaux dans la forêt. « Je mets en garde toute personne qui reviendra s’installer dans cette forêt de Déré. Quel que soit le motif, il sera arrêté et jugé à Lola. Si c’est un Ivoirien, il sera transféré en Côte d’ivoire », a prévenu le colonel Directeur de CEGENS.