Démission de Yéro Baldé : « Mieux vaut des remords que des regrets »

0
196

La démission du ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique, Abdoulaye Yéro Baldé, jeudi, à moins de 72 heures du double scrutin des législatives et du référendum,  est un coup de Trafalgar pour la majorité présidentielle. C’est le moins qu’on puisse affirmer, quand on sait que celui dont il s’agit, a battu l’estrade avec le président Alpha Condé, durant sa longue marche vers le pouvoir.

Il ne s’agit donc nullement de ces ouvriers de la onzième heure, comme on en connait en ce moment dans la vague jaune. Yéro Baldé est de ces cadres qui, depuis les bancs de l’université ont été de plain-pied avec le professeur Alpa Condé. Il a donc toujours vénéré le leader du RPG, en qui il a vraiment cru, quand on sait que l’opposant Alpha Condé incarnait des valeurs inhérentes à la démocratie.

Mais de cette période à maintenant, beaucoup d’eau a coulé sous les ponts. Et à mesure que la vie politique se polarisait autour du projet de changement constitutionnel, entre le président Alpha Condé et son ancien ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique un ressort s’est cassé. Car autant le président fait de ce projet une affaire d’égo, autant pour Yéro, l’affaire de troisième mandat est un contresens.

C’est du moins ce que sa lettre de démission laisse entrevoir. Lettre dans laquelle, le ministre exprime des ressentis. Comme le fait de compter dorénavant que  pour du beurre. Dans un attelage gouvernemental où on a un exécutif qui semble marcher sur la tête.

Yéro Baldé dans sa lettre rappelle de but en blanc,  ce long chemin parsemé parfois d’embûches, qu’il a parcouru après s’être encarté au RPG.

« Il y a environ trente, écrit-il, que je chemine avec vous au  sein du RPG dans son combat autour des valeurs de démocratie, de liberté, de justice et de solidarité. Ce, au point d’être considéré comme un fils pour vous. »

Puis d’ajouter que « c’est cet idéal qui a amené de nombreuses personnes à vous faire confiance et vous suivre dans votre noble ambition de faire de la Guinée un modèle de démocratie en Afrique, un pays où les lois sont respectées et où les institutions jouent pleinement leur rôle dans l’intérêt des populations guinéennes… »

L’espoir a cédé finalement la place au désespoir chez la plupart des aficionados du président. Désabusés par ce reniement des vertus cardinales du RPG au plus haut sommet de l’Etat. C’est ce que le ministre a eu le courage de pointer du doigt non sans amertume.

« Nombreux parmi nous ont gardé cet espoir pendant longtemps. Mais aujourd’hui force est de constater que les valeurs pour lesquelles notre parti le RPG a lutté sont reléguées au second plan. Les institutions et le tissu social qui constituent le socle d’une nation qui se veut forte, sont fragilisés chaque jour davantage. La sérénité dans le fonctionnement de l’Etat est mise à rude épreuve, l’environnement n’est plus favorable à la conduite des affaires de l’Etat dans l’intérêt des populations et la crédibilité de nos actes s’effrite. Au vu de ce constat, j’ai décidé en accord avec ma conscience de démissionner du Gouvernement à compter de ce jour. »

C’est donc au regard de ce chapelet de complaintes que Yéro Baldé a tiré les conclusions qui s’imposaient en pareilles circonstances. Comme pour dire que « vaut mieux vivre avec des remords qu’avec des regrets ».

« Le parricide » de Yéro !

Cette démission a provoqué une onde de choc au sein du parti au pouvoir où les groupies ont l’air d’avoir passé une nuit blanche en train de « maudire » Yéro Baldé. Qu’ils accusent de « traîtrise » à l’endroit du professeur président, qui de surcroit est son père spirituel. Mais dans ce cas-ci, on ne peut invoquer le  meurtre  du père, pratique très courante chez les politiques. Un peu à l’image de Brutus qui, pour sauver la république, mis fin aux jours de César. Ou de Macron qui est accusé de s’être servi de François Hollande comme passerelle pour prendre sa place au palais de l’Elysée.

Yéro Baldé n’est certes pas tout sucre et tout miel, mais il a réitéré sa fidélité au RPG. Cela suffirait à mettre un terme à cette polémique stérile.

A noter que dès le lendemain de cette démission, le président a nommé Khader Yacine Barry, conseiller spécial du Premier ministre, en remplacement du partant. Deux cadres aux  pedigrees quasi identiques.

Quant au double scrutin, le chef de l’Etat a dû finalement le reporter, invoquant des contingences régionales.