Dépolitisation de l’Administration: quand Kassory donne raison à Gassama Diaby

juin 29, 2018 9:23
0

En Guinée, les administrateurs se confondent souvent aux militants du parti au pouvoir. Ce qui met en difficulté une catégorie de citoyens à reconnaitre certains responsables publics notamment les ministres, directeurs nationaux, préfets, gouverneurs. Pour ces derniers, l’essentiel, c’est de tout faire pour plaire et se faire plaire au président de la République.

Lors de son passage à l’Assemblée nationale le mercredi 27 juin pour décliner la politique générale de son gouvernement, le Premier ministre, Ibrahima Kassory Fofana, a affirmé que ce genre de discours est désormais banni : « Les discours conventionnels et les propos mielleux ne sont pas de mise. Le premier devoir de l’homme politique du monde contemporain est de dire la vérité. Et la vérité est que notre pays est à la croisée des chemins, de nombreux défis restent à relever sur les plans économique, politique et social. »

Ces propos du Premier ministre viennent ainsi confirmer ceux de l’ancien ministre des Droits de l’homme, devenu ministre de l’Unité nationale et de la Citoyenneté avec le gouvernement Youla. Depuis 5 ans, le ministre Kalifa Gassama Diaby a toujours dénoncé le comportement de certains administrateurs territoriaux qui s’érigent en porte-paroles du parti au mouvoir. Cette politisation de l’Administration est pourtant en contradiction flagrante avec les lois de la République, mais aussi avec les objectifs de développement.

Lors de son passage dans l’émission « les Grandes Gueules » le mercredi 27 juin, Kalifa Gassama Diaby a encore déploré et dénoncé l’incapacité de l’Administration publique guinéenne à être une Administration de développement et non de propagande. Et c’est le Premier ministre qui vient, à travers son discours à l’Assemblée nationale, exprimait on ne peut plus clair son adhésion aux positions de Gassama.

Mais contrairement au ministre Gassama qui n’a pas de pouvoir de décision ou de réglementation, Kassory Fofana, en tant que Premier ministre, détient  ce pouvoir. Donc on verra si ces propos sont sincères ou s’il s’agit juste de stratégie pour avoir la confiance du peuple et des différents acteurs sociopolitiques. Décidément, la vérité étant têtue, Gassama gagne au moins sur le principe son combat pour la démocratie, les droits de l’homme et la justice dans un cadre national.

« Mon Gouvernement consacrera beaucoup de temps et d’efforts à promouvoir l’État de droit et l’accès de tous à une justice équitable. Nous poursuivrons les réformes entreprises pour améliorer le système judiciaire », a encore promis le Premier ministre.

Quoiqu’il en soit le temps nous édifiera sur la sincérité du discours du Dr Kassory. En attendant, Gassama peut continuer son combat et sa bataille des idées, des valeurs et des principes pour la justice, la liberté et la démocratie, avec l’audace et les forces de convictions qui sont les siennes.