Des formateurs à l’école de l’APC grâce à l’université Mercure et le groupe Diakelec

0
5660

A l’initiative du consortium Université Mercure International et le Groupe Diakelec, plusieurs formateurs ont pris part à un atelier de renforcement des capacités des formateurs en ingénierie pédagogique axé sur l’Approche par les compétences (APC) et les nouvelles technologies électriques, à Conakry.

La formation, qui a duré cinq jours, était facilitée par deux experts venus respectivement du Lycée technique de Ouagadougou et de l’Institut supérieur de génie électrique du Burkina Faso. Elle a consisté à préparer les leçons selon l’Approche par les compétences, cette méthode qui sied le mieux au développement des compétences au niveau des formations professionnelles.

« A partir de là, ils ont appris comment il faut préparer leurs leçons en se basant sur les compétences et à partir d’un référentiel de formation. Donc, cette façon de préparer la leçon commence d’abord par l’identification du module à travers le référentiel, au découpage de ce module en séance de formation et à la présentation de la leçon selon des étapes bien précises partant de la théorie pour la pratique », a expliqué M. Fidèle Paré, un des formateurs venus du Burkina.

« Nous nous attendons à ce qu’ils intègrent ce processus dans leur activité quotidienne. Et puisque c’est un processus, nous nous attendons à ce qu’ils acceptent désormais de préparer leurs cours selon cette approche », a-t-il exprimé.

Le projet Booster les compétences pour l’employabilité des jeunes (Bocej) est une initiative du gouvernement guinéen pour accompagner les centres de formation afin qu’ils améliorent les curricula avec les entreprises partenaires. Et dans ce projet de partenariat public-privé, il y a un processus qui mène à cette transformation.

Dans son discours le Gestionnaire dudit projet a tout d’abord demandé aux structures – à l’image de l’Université Mercure International – de préparer leurs projets en collaboration avec le secteur privé. « Ensuite, nous leur demandons de faire le curricula. Par la suite, on forme les formateurs de ce curricula pour qu’ils puissent bien administrer les compétences inclus dans ce curricula aux jeunes apprenants. Nous sommes donc très satisfaits de cette transformation. Parce que ce que le gouvernement et son partenaire, la Banque mondiale attendent de ce projet, c’est de faire en sorte qu’il y ait une transformation radicale dans le processus de formation des jeunes à partir de la pratique pour que ces jeunes, en ayant leurs diplômes, puissent être directement opérationnels sur le terrain. Et c’est ce qui est en cours actuellement », a indiqué M. Thierno Illiassa Baldé.

Tout en annonçant qu’il y aura bientôt une campagne d’enrôlement dans le domaine Electricité domestique et industrielle, le Gestionnaire du projet Booster les compétences pour l’employabilité des jeunes a saisi l’occasion pour inciter tous les jeunes qui souhaitent se former dans ce domaine où il y a beaucoup d’emplois à s’inscrire à cette formation, notamment les jeunes femmes. Il faut rappeler que ces métiers ne sont plus réservés qu’aux hommes et que beaucoup de jeunes filles sont capables de s’y inscrire. « Et c’est l’occasion pour elles de s’inscrire et d’avoir un emploi à travers le projet Bocej », a dit Thierno Illiassa Baldé.

Mme. Youla Fatoumata Camara, enseignante à l’Université Mercure International, est l’unique tête féminine à prendre part à cette formation. Motif d’honneur doublé de fierté pour cette dame qui s’est exprimée en ces termes :

« C’est un honneur pour moi en tant que femme. Parce que les femmes sont assez rares dans les activités qui sont considérées comme domaines exclusifs des hommes. Alors, en tant que femme, si je participe à cette formation, ce n’est qu’un honneur. Et c’est pourquoi j’invite les femmes, surtout les jeunes, à avoir la motivation et à suivre ces formations pareilles pour pouvoir figurer parmi les hommes. Et si les femmes sont d’un grand nombre dans des activités pareilles, ce ne peut être qu’une fierté pour notre pays », a confié Mme Youla.

De son côté, la Fondatrice de l’Université Mercure International, après s’être félicitée de la tenue de cet atelier de renforcement des capacités des formateurs et remercié l’ensemble des participants et facilitateurs, a déclaré que cette formation très « pertinente » intervient suite à la révision des référentiels de formation selon la méthode de l’Approche par les compétences.

« Cette nouvelle méthode, gage certain de meilleur apprentissage qui n’est pas implémenté dans notre pays, nécessite une vulgarisation à grande échelle. Et pour cela, nous comptons sur vous pour une restitution auprès de vos pairs. En tant que formateurs, votre devoir de donner le savoir-faire aux étudiants est essentiel pour la qualification de nos apprenants. Je voulais, à ce propos, vous rassurer de la détermination de l’Université Mercure International à tout mettre en œuvre pour vous accompagner dans votre mission d’enseignant. C’est d’ailleurs l’occasion pour moi de réitérer nos sincères remerciements au gouvernement guinée qui a initié le projet Booster les compétences pour l’employabilité des jeunes », a fait noter Mme Tounkara.

Outre la remise des attestations aux participants et facilitateurs, la rencontre a également connu deux présentations de maquettes faites respectivement par M. Aly Etienne Kourouma et M. Bernard Panival qui ont exposé sur le montage va et vient et le montage d’un télérupteur, sous l’attention soutenue de l’assistance.