Des opposants ont-ils subi des ‘’traitements dégradants’’ ? Une vidéo prend les autorités à rebrousse-poil

0
431

Il y a 48 heures, les avocats des opposants actuellement en détention à la Maison centrale de Conakry dénonçaient lors d’une conférence de presse des ‘’traitements dégradants’’ infligés à leurs clients. Depuis hier, on passe des déclarations verbales aux faits avec des preuves audiovisuelles qui corroborent ces accusations.

Dans une vidéo reçue par la rédaction de Guinéenews, il apparaît clairement qu’au moins un des opposants a été victime de ce traitement. Il s’agit de l’ancien député Ousmane Gaoual Diallo qui, comme le décrivait Me Mohamed Traoré devant la presse, s’est fait photographier, avec une ardoise portant des écritures quelque peu difficiles à décrypter dans la vidéo.

Un exercice que l’opposant a subi, visiblement contre son gré. En tout cas, on l’entend déclarer : « on a fait des lois pour que cela ne se fasse plus dans notre pays ».

Dans l’élément, on distingue aussi l’un des avocats de la défense dont la présence s’avère gênante pour les agents en tenue.  Pendant la manœuvre, l’un d’entre eux demande à l’avocat Me Abdoulaye Kéita de sortir de la pièce et d’aller attendre dans un autre bureau. Ce qui n’a pas prospéré. Parce qu’il y a eu un autre agent qui lui a rappelé qu’il s’agissait de l’avocat de l’opposant.

Face à ces faits jugés « humiliants » par les avocats de la défense et qui rappellent à l’occasion une période sombre de l’histoire de la Guinée indépendante, Guinéenews a tenté d’en savoir un peu plus auprès des autorités. Sauf que celles-ci semblent être dépassées par les événements.

C’est du moins l’impression que donnent nos interlocuteurs auprès des services compétents de l’administration judiciaire et au niveau de la sécurité.

D’abord au département de la Justice, le porte-parole Sékou Kéita, en dépit du fait qu’il ait reçu la vidéo pour appréciation, n’a pu nous apporter jusqu’au moment où nous mettons en ligne cette dépêche, la moindre explication possible sur cette situation.

Au ministère de la Sécurité, l’élément ne semble pas moins encombrant. Le service de communication qui a également reçu la vidéo a du mal à savoir par quel bout prendre l’histoire. Là aussi, malgré la disponibilité affichée du commandant Mory Kaba de la direction de la communication du ministère de la Sécurité, Guinéenews n’a encore obtenu aucun élément d’explication tangible en lien avec le contenu de cette vidéo.

Aux dernières nouvelles, les services sécuritaires concernés seraient toujours en réunion au tour du sujet. Comme pour dire que ce n’est pas facile pour les autorités quand il ne s’agit pas d’un débat où c’est la parole des uns contre celle des autres.

Lire vidéo: