Descente policière chez le coordinateur du FNDC : Abdourahamane Sano parle « d’intimidation »

0
671
Abdourahamane Sanoh

Après avoir mis aux arrêts, pendant la journée au siège du FNDC,  « un espion » qui dit être membre de la COBAC (coordination pour l’orientation de la Basse Côte), un agent des services de renseignement  a  été repéré ce lundi soir autour du domicile du coordinateur du FNDC Abdourahmane Sanoh. Puis à sa suite des pick-up de police. Joint par Guinéenews©,  M. Sanoh parle de tentative d’intimidation, à cause de son engagement à combattre la réforme constitutionnelle.

« Il y a eu deux personnes qui rodaient toute la journée autour de ma concession. Et compte tenu du climat qui prévaut,  ma famille est sortie pour demander à l’un d’eux ce qu’il y avait. Il répond qu’il est là pour arrêter des bandits, et qu’il ne connaissait même pas que c’est ma maison. A force de vérifier, ils se sont rendus compte que c’est un agent des services de renseignement », a expliqué au téléphone de Guinéenews M. Sanoh.

Poursuivant, le coordinateur du FNDC déclare que des pick-up de la police ont aussi fait irruption chez lui.

Pour Abdourahmane Sanoh, c’est de l’intimidation pure et simple.

« Après les échanges entre l’agent des services de renseignement et des membres de ma famille, des pick-up de la police ont débarqué derrière ma cour. Qui sait, ils sont venus peut être pour le coller ou pour l’empêcher d’avouer ce, pourquoi il est venu. Tout ça c’est de l’intimidation, et la persécution continue. Sinon, s’ils ont besoin de moi,  ils n’ont qu’à porter plainte  en bonne et due forme et je répondrai », conclut M. Sano qui regrette ces actes d’un autre âge.