Desserte en courant électrique à Kankan : Les citoyens entre colère et patience

0
889

La desserte du courant est actuellement au point mort à Kankan. Le constat est le même partout dans la conscription administrative. Pour cause, nous-dit-on, dans le but d’améliorer le niveau de desserte dans la ville, les travaux d’installation de 2 nouveaux dispositifs électrogènes sont en cours à la centrale thermique locale de la Guinéenne de l’électricité EDG.

Cependant, les citoyens commencent à s’impatienter après près d’un mois d’attente d’autant plus qu’aucune date butoir n’a été communiquée par les autorités locales pour la fin de ces travaux.

Il est bien vrai que le manque d’électricité n’est pas un phénomène nouveau pour les citoyens du Nabaya, mais un mois d’emblée voire plus, sans électricité serait pour le moins abusé de la patience des citoyens, selon Amara Nabé, résident au quartier Korialen.

«Le problème d’électricité est encore plus préoccupant en ce moment à Kankan. Ça fait maintenant plus de 2 semaines qu’on n’a pas de courant chez nous.  J’ai appris comme tout le monde qu’ils sont en train de travailler au niveau de la centrale, pour améliorer notre desserte. Mais puisqu’ils n’ont pas dit combien de temps cela prendrait, alors nous restons à l’attente, une chose reste claire pour moi, en tout cas, l’installation de 2 moteurs ne devrait pas durer comme la construction d’un barrage. Alors de grâce il ne faut pas qu’on fasse un mois dans ça », a-t-il requis.

Pour Mamady Dioubaté, acteur de la société civile, seule la construction d’un micro-barrage  pourrait apporter une solution fiable et durable. « On en a vraiment marre de cette histoire de groupes électrogène qui n’en finit pas. Ce n’est pas ça la solution. Pourquoi les autorités se refusent de construire un barrage à Kankan ? Demain, c’est pour nous dire encore qu’il n’y a pas d’essence ou bien qu’il y a pas de mazout », a-t-il dénoncé.

Mais selon Hawa Bérété  résidente du quartier Timbo, la construction d’un barrage, prendrait du temps. C’est pourquoi, elle plaide pour une installation concluante des groupes électrogènes. « Il faut qu’on soit réaliste. Moi je ne veux même pas qu’on parle de barrage. Parce que si on dit de construire un barrage pour  Kankan, cela prendra des siècles et des siècles  avant qu’on ne nous dise que c’est fini. Donc, je préfère que les autorités respectent enfin leurs promesses et que les techniciens de la centrale s’activent pour nous sortir maintenant de l’obscurité », a-t-elle affirmé.

Avant que  Abouabcar Camara n’interpelle les gouvernants : « Nous souffrons énormément. Les mots nous manquent même pour qualifier notre calvaire. Mais ce qui est sûre, c’est eux qui savent ce qu’il faut faire. Ils nous demandent de patienter pour avoir une desserte améliorée du courant, c’est ce que nous attendons. Mais on ne peut attendre aussi indéfiniment. Donc le plutôt serait le mieux. La balle se trouve en tout cas dans le camp des autorités pour le moment », a-t-il laissé entendre.