Développement durable : le gouvernement et les acteurs impliqués se concertent pour booster l’investissement privé

octobre 31, 2018 11:25
0

Comment dynamiser et booster le secteur privé guinéen ? C’est l’objectif du gouvernement en partenariat avec le Système des Nations-Unies (SNU). Représentant le Premier ministre à une rencontre d’échanges mardi dans un complexe hôtelier à Conakry, la ministre de la Coopération et de l’Intégration africaine, Djéné Kéita a déclaré que la coopération entre la Guinée et le SNU permettra de « créer un cadre permanent de dialogue des secteurs public, privé et bailleurs de fonds et de présenter les objectifs de développement durable ». Parce que, explique-t-elle, « le secteur privé peut jouer [un rôle important] dans sa mise en œuvre ».

Mme Djéné Kéita a ensuite invité le gouvernement et les bailleurs à prendre en compte « les préoccupations du secteur privé à travers les échanges et des débats au tour de la mise en  œuvre des objectifs du développement qui offrent un cadre cohérent pour répondre aux défis de la Guinée notamment ceux liés à la pauvreté, aux inégalités, aux changements climatiques, à la dégradation de l’environnement, à la recherche de la prospérité, et à la justice ».

Selon elle, « les objectifs sont interconnectés. Il est important d’œuvrer sans relâche à leur réalisation à travers les cibles clés. Nous devons travailler ensemble pour déterminer les indicateurs clés qui vont permettre un meilleur suivi ». Enfin, la ministre de la Coopération et de l’Intégration a salué les efforts du Système des Nations-Unies (SUNU) dans l’accompagnement  sans relâche du gouvernement dans la mise en œuvre du PNDES (Plan national de développement économique et social).

Pour sa part, le coordinateur adjoint du SNU s’est exprimé, au nom de son organisation, sur l’importance de cette rencontre d’échanges, de concertation et de partenariat avec le secteur privé guinéen. « C’est une première en Guinée. Nous, nous réjouissons parce que les récentes réformes économiques des Nations-Unies y compris en Guinée ont participé à stimuler et intensifier les arrangements en matière de collaboration en matière de développement », a déclaré Marc Rubin.

Poursuivant, dira-t-il, « le secteur privé revêt une grande importance pour les Nations-Unies d’autant plus que les entreprises jouent un rôle fondamental dans le domaine de la création de l’emploi et de richesses par le biais des investissements, du commerce et des finances et des Etats membres de l’organisation qui mettent de plus en plus l’accent sur l’importance de l’investissement privé pour le développement à travers le cadre stratégique ainsi que les problèmes liés à la vulnérabilité, à la pauvreté, à la dégradation de l’environnement et les conflits sociaux ». Pour lui, « l’ONU considère que toutes ces activités contribuent à assurer un climat stable et propice aux affaires et au développement ».

Par ailleurs, Zénabou Kéita, la directrice par intérim de l’APIP, a plaidé pour un appui « au secteur privé  autour de la mise en œuvre des objectifs du développement durable en Guinée à travers le fonds national de développement économique et social qui sollicite à hauteur de 38%  la contribution du secteur privé ». A l’en croire, il faut une implication forte du secteur privé pour le développement de la Guinée à travers un investissement qui impacte ».