Dialogue social :  l’UFDG rejette l’appel de Kassory Fofana

septembre 10, 2019 3:04

Quelques heures seulement après le discours du Premier ministre sur l’ouverture du dialogue avec les forces vives de la nation, l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG) vient de définir la voie qu’elle entend suivre face à cette nouvelle feuille de route assignée à Ibrahima Kassory Fofana.

Pour le Vice-président du principal parti d’opposition, il n’est pas question d’aller à ces consultations qui, aux yeux de Fodé Oussou, n’en valent pas la peine.

« Nous ne sommes pas concernés. Si c’est notre non-participation à ce dialogue qui va provoquer des problèmes ou si c’est parce que les autres veulent changer la Constitution, on verra bien », indique le président du groupe parlementaire les Libéraux-démocrates.

« Maintenant comme il y a Bouréma Condé, le ministre de l’Administration du Territoire, qu’ils créent 200 partis politiques, donnent un parti à chaque militant du RPG Arc-en-ciel, créent des plateformes de société civile à leur guise et aller faire la Mamaya au siège du RPG Arc-en-ciel pour dire qu’il y a 200 ou 300 partis politiques qui soutiennent le projet de révision constitutionnelle. C’est leur affaire. Nous n’avons rien à voir dedans », s’est lâché au bout du fil Dr Fodé Oussou qui a rappelé de passage les attributions d’un chef d’Etat démocrate : « être un président de la République, cela ne donne pas le droit de vie et de mort sur les citoyens de son pays, encore moins une légitimité de se lever et faire ce qu’on veut. Car, on n’est pas dans la jungle. On est gouverné par la loi. Et nous, ce qui nous intéresse, c’est la loi. C’est d’ailleurs ce qui nous gouverne et non les humeurs…  J’invite le président Alpha Condé à s’inspirer du Burkina et de la Mauritanie pour choisir d’entrer dans l’histoire par la petite ou la grande porte. »