Diountou/Lélouma: Le préfet réconcilie les parties en conflits

596
Rien n’allait plus au sein du conseil communal de Diountou depuis pratiquement l’installation de cette équipe. L’instance dirigeante de cette commune rurale d’environ 19 milles habitants est en conflit. Le maire et ses deux adjoints sont d’une part à couteaux tirés, d’autre part le maire et les autres conseillers communaux aussi ne conjuguaient plus le même verbe.
C’est après trois tentatives de réconciliation de l’équipe non réussies par le sous-préfet, qu’une délégation conduite par le préfet de Lélouma a séjourné dans la localité ce jeudi 14 janvier 2021 pour laver le linge sale.
C’est dans la salle de délibération du nouveau siège de la mairie pleine à craquer que le préfet El hadj Harouna Souaré a fait lecture des différentes plaintes qui visent le maire.
Il est reproché entre autre au maire Amadou Benté Diallo de gestion financière opaque des activités de la mairie, de prise de décision sans l’approbation des autres conseillers, la non tenue de cessions ordinaires, de la mise en place d’une équipe parallèle qui l’aide dans ces prises de décisions, de l’exercice d’un pouvoir orgueilleux et de façon arrogante, de la non présentation du bilan annuel…du détournement des recettes locales de la commune, de la non information ni association des deux vices maires de tous ce qui se passe autour de la gestion de la commune  d’un côté, de l’autre, ce sont les présidents des districts qui, suite à un incident lors d’une assemblée, ont décidé de ne plus le reconnaître comme maire.
C’est après l’exposition du contenu de toutes les plaintes que le préfet a donné la parole aux conseillers, aux présidents des districts, à la société civile et d’autres personnes concernées par la gestion de la mairie de Diountou qu’une conclusion a été tirée.
Poursuivant, El hadj Harouna Souaré a tout d’abord rappelé les prérogatives d’un conseil communal. Et le rôle que chacun des conseillers doit jouer pour le développement local.
Insistant par rapport à cette situation fâcheuse et qui n’honore pas la localité, le préfet a situé les responsabilités avant de s’appesantir sur le rôle combien important du maire à savoir rassembler et non de diviser pour l’intérêt de Diountou.
Amadou Benté Diallo, le maire mis en cause, quant à lui, a reconnu certaines de ses erreurs et a publiquement demandé des excuses pour le tort qu’il aurait commis.
Le conseil communal, les présidents des districts après concertation se disent prêts à pardonner si toutefois le maire change sa façon de faire.
C’est sur ce que la rencontre a pris fin avec la bénédiction des sages de la localité.
Mais aujourd’hui la question que bon nombre d’observateurs se posent est de savoir si cette méditation permettra au maire de changer de stratégie pour le bien de sa commune?
Attendons de voir.
Facebook Comments