voir Plus
    samedi, 17 avril 2021
    27 C
    Conakry
    «Le plaisir de vous informer objectivement sans biaise ni tabou est notre crédo». YBS

    Diplomatie : le ministre algérien des Affaires Etrangères attendu ce soir à Conakry

    Le Chef de la diplomatie algérienne, Sabri Boukadoum arrive dans la soirée de ce jeudi 25 mars à Conakry pour une visite de travail de 24 heures, apprend Guinéenews d’une source proche de la Présidence de la République.

     A en croire notre interlocuteur, le ministre algérien des Affaires Etrangères, au cours de son séjour, rencontrerait son homologue guinéen, Dr Ibrahima Khalil Kaba puis le président de la République Alpha Condé.

    Cette visite qui vise à donner une nouvelle impulsion à la coopération bilatérale- vieille de plus d’un demi-siècle- entre Conakry et Alger, devra permettre aux deux parties de passer en revue des questions relatives à l’immigration clandestine, au secteur de l’éducation, à la sécurité, à la santé, à la coopération parlementaire, à l’assistance technique… Autant de centres d’intérêt stratégiques pour le président Alpha Condé qui, depuis sa récente réélection, est en train de tracer un nouveau sillon pour la diplomatie qu’il souhaite voir désormais au service du développement du pays.

    Une vision à laquelle le ministre Dr Khalil Kaba est en train de donner corps et âme depuis qu’il a pris le 19 janvier dernier les rênes de la diplomatie guinéenne.

    La preuve de cette renaissance d’une diplomatie ‘’conquérante et prioritairement au service du développement’’, est donnée aujourd’hui par la récente visite du vice-ministre russe des Affaires Etrangères, Mikhaïl BOGDANOV à Conakry et maintenant celle annoncée du ministre algérien Sabri Boukadoum. Sans oublier le franc succès qui a couronné les négociations entre la Guinée et la Sierra Leone et qui ont permis la réouverture des frontières terrestres, la mise en place des opérations de patrouilles mixtes le long des frontières entre les deux pays. Il y a également la visite de travail de cinq jours au Caire, en Egypte puis son escale au Maroc où il a signé un mémorandum d’entente et obtenu la hausse du nombre de boursiers guinéens qui passe de 230 à 270. Dans le même registre, on peut noter la reprise dès la fin de ce mois de mars de la délivrance des passeports biométriques dans les ambassades et consulats. Bref, de véritables signes annonciateurs d’une diplomatie qui retrouve progressivement ses marques dans le concert des nations après quelques années de torpeur empreintes d’hésitations.

    Après l’Egypte, le Maroc et maintenant l’Algérie, la Guinée entend réaffirmer le come-back de sa diplomatie dans un Maghreb divisé et aux intérêts antagoniques.

    À LIRE AUSSI

    PUBLIREPORTAGE