Directives présidentielles contre le Covid-19 : ces gestes barrières royalement ignorés dans les marchés de Conakry

0
254

L’une des mesures édictées par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) pour se protéger et éviter la propagation du coronavirus est le respect de la distanciation d’au moins un mètre et demi entre les individus.

Cette mesure est loin d’être appliquée à Conakry malgré les multiples sensibilisations et les directives annoncées par le président de la République. Dans la circulation notamment à l’intérieur des quartiers où la police est absente, il n’est pas rare de rencontrer un conducteur de taxi-moto transporter plus d’un passager.

Dans les café-bars, gargotes ou dans les thédromes (points de vente du thé, ndlr) les gens sont assis dans une promiscuité effarante. Le hic, pendant qu’ils sont côte à côte comme un régime de bananes, la télévision qu’ils regardent diffusent en boucle les images et les statistiques macabres de cette pandémie du covid-19.

Dans ces différents lieux, le souci de se protéger de ce virus qui fait des ravages à travers le monde, se limite par la présence d’une bouteille contenant une solution d’eau chlorée accrochée à la porte d’entrée. Dans les bars ayant un plus de moyens que d’autres, l’on place à la rentrée des seaux remplis d’eau de javel fabriqués à cet effet.

Dans les marchés, c’est le comble. Au marché de Madina par exemple, marchands ambulants et acheteurs se bousculent dans une chaleur torride. Au grand dam des mesures de prévention de l’OMS, ces vendeurs ne s’encombrent d’aucun souci. Ils crient à gorge déployée pour appeler les clients quitte à cracher dans ton visage.

Dans une boutique située à Mafanco (Madina), Guinéenews a vu deux personnes regarder des images sur un même téléphone partageant les oreillettes. Les marchés de Matoto, Enco5, Koloma, pour ne citer que ceux-ci, grouillent également de monde.

C’est en tenant compte de tous ces actes incivismes dangereux pendant ces moments de la pandémie en Guinée que certains citoyens critiquent la décision du président Alpha Condé qui a instauré le couvre-feu nocturne en laissant les gens vaquer librement à leurs occupations la journée au grand mépris des mesures barrières.

 » La nuit les gens circulent moins, ce que les autorités devraient faire pour limiter la propagation de ce virus, c’est de fermer les marchés à part pour ceux qui vendent des aliments. Et même pour ceux-ci, ils devraient réglementer en limitant les heures de vente », propose Saliou, un conducteur de taxi-moto.

En attendant des mesures plus strictes et vigilance accrue des autorités, la Guinée continuent de comptabiliser de nouveaux cas de coronavirus. Le dernier bilan rendu public par l’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire (ANSS) fait état de 73 cas.