Discours du chef de l’Etat : pour Dr Faya, Alpha Condé s’adresse aux autorités américaines et non aux Guinéens

0
674

Réagissant au discours que le président de la République Alpha Condé a livré hier mercredi à ses compatriotes, le leader du Bloc Libéral (BL) Dr Faya Millimono estime que celui-ci ne s’est pas adressé aux Guinéens mais plutôt aux autorités américaines.

« Le président s’est beaucoup plus adressé aux autorités américaines dont il s’apprête à rencontrer qu’aux guinéens parce que la réalité guinéenne est complètement à l’opposé de ce qu’il a voulu dire. Nous n’avons pas d’infrastructures. Aujourd’hui, les ordures ne nous quittent pas, l’école est bâclée, il n’y a pas de santé pour les Guinéens. Ce sont des questions qu’il devrait aborder. »

Parlant du dialogue dont le Premier ministre Kassory Fofana a charge mener avec les acteurs politiques du pays, Dr Faya reste très pessimiste. « Il (Alpha Condé NDLR) nous parle d’un dialogue avec un Premier ministre dont on connait déjà la position. Vous vous souvenez, le Premier ministre avait déclaré qu’il est d’accord avec la constitution qu’il n’a pas vu encore. Quel dialogue on peut chercher avec un tel Premier ministre qui a déjà pris partie? », s’est interrogé le président du BL avant d’ajouter : « donc en ce qui nous concerne, nous continuerons le combat pour la défense de la constitution et nous ferons en sorte qu’en 2020, le BL se présente en alternative pour changer définitivement cette Guinée.»

Dans son adresse à la nation, Alpha Condé a évoqué la question des législatives. Il a demandé à ce que ces élections soient organisées d’ici la fin d’année. Pour Dr Faya, il est impossible d’organiser les législatives d’ici la fin de cette année pour plusieurs raisons. Premièrement, dit-il, ‘’on n’a pas encore l’opérateur’’ ; deuxièmement, il n’ya pas de fichier électoral ; troisièmement, selon la recommandation principale des auditeurs de notre fichier, il faut que tous les Guinéens reviennent devant les Carles. Cela veut dire que c’est une reprise intégrale des élections. Cela ne peut pas être fait en un mois à moins que nous décidions ensemble de les bâcler et le BL ne s’associera pas à cela, avertit Dr Faya Millimono.