Distribution des déparasitants à Fria : panique chez la population, le ministère de la Santé rassure 

mars 18, 2019 8:48

La campagne de distribution gratuite du praziquantel dans le cadre de la lutte contre la schistosomiase qui a été lancée à Fria ce lundi 18 mars a mal tournée.

En effet, des agents de santé ont sillonné plusieurs écoles élémentaires pour administrer des comprimés déparasitants aux élèves de 5 à 14 ans. Puis s’en sont suivis des effets secondaires chez certains d’entre eux. Ce qui, du coup, a irrité les parents d’élèves qui ont pris d’assaut toutes les écoles pour, disent-ils, sauver leurs enfants.

De l’école primaire Katourou 1 et 2, en passant par la Cité fonctionnaire, jusqu’à Aviation, le constat était le moment : les cours sont envahis, des élèves se plaignent de douleurs, les parents sont remontés.

’’On nous a dit que ce sont des médicaments qu’on a donnés à nos enfants. Certains ont fait des malaises, d’autres sont en train de vomir. Qu’ils nous remettent nos enfants… ’’, a lâché un parent, rencontré à l’école Katourou 2.

Apres avoir sillonné toutes les écoles et les hôpitaux, les autorités n’ont enregistré aucun cas de décès mais décident de suspendre la campagne.

La Direction préfectorale de la santé a par la suite réuni tous les acteurs pour leur expliquer les avantages liés à cette campagne mais aussi les causes des réactions constatées chez les enfants.

’’ Il s’agit d’une campagne de lutte contre une maladie qu’on appelle la schistosomiase. Parce qu’il faut reconnaître que la préfecture de Fria a une prévalence de 3% et lorsqu’on n’intervient pas, cela risque de prendre de l’extension… La prise de ces médicaments va permettre de déparasiter les gens et prévenir la maladie dans la localité. Cependant, sa prise à des conditions notamment la taille, le poids mais aussi l’alimentation. Parce qu’il faut d’abord manger avant de le prendre. Si ces conditions ne sont pas respectées, il peut y avoir des réactions et c’est ce qui s’est passé… Dès qu’un élève s’est plaint de maux de ventre, tous les autres parents dont les enfants ont pris les comprimés, se sont alarmés. Sur les 119 enfants reçus à l’hôpital, seuls 4 présentent des effets secondaires, tous les autres n’ont rien… ’’ a expliqué Dr Ibrahima Kankalabé Diallo.

Apres quelques heures de remous, le calme est revenu dans la cité et des campagnes de sensibilisation des parents sont en cours pour leur permettre de comprendre de quoi il s’agit réellement.

Par ailleurs, faut-il souligner que ce lundi soir le ministère de la Santé via un communiqué diffusé dans le journal télévisé de 20H30 de la RTG, a annoncé que toutes les personnes ayant présenté des malaises suite à l’administration de ces déparasitants, seront prises en charge. Avant de rassurer que ces malaises qui n’ont pas fait de victime, sont sous contrôle.