Double scrutin législatif et référendaire: Le ministre de l’Administration dresse son bilan

0
764

La Guinée vient d’organiser l’un des scrutins les plus controversés de son histoire. Il s’agit du double scrutin législatif et référendaire tenu dimanche 22 mars 2020. Quarante-huit heures après ces consultations électorales, le ministre de l’Administration du territoire et de la Décentralisation a fait le point de la situation concernant déroulement des votes.

D’entrée, le général Bouréma Condé a déclaré qu’au sortir de ces consultations nationales auxquelles son souhait était de voir la participation de tous ceux qui en ont le droit, il exprime la satisfaction du gouvernement, au regard de « l’effectivité » des votes sur toute l’étendue du territoire national.

« En effet, comme vous l’avez suivi sur les médias qui ont opté pour la fidélité de la transmission du vécu, pas une seule région, pas une préfecture n’est restée abonnée aux absents. Naturellement, et cela se comprend, les mots de boycott suivi d’empêchements se sont traduits par endroits par des actes de violence qui ne sauraient malheureusement se substituer aux urnes qui, cependant, étaient bien posées là ce jour », a indiqué l’officier militaire.

« A propos, poursuit-il, la situation exhaustive dans des localités au niveau national, qui ont connu des violences et des destructions d’édifices publics et privés le jour du scrutin. Toute chose que nous avons cessé de déplorer. Et cela, depuis toujours ».

Région administrative de Kindia : Dans la préfecture de Kandia, trois bureaux de vote saccagés dans la commune urbaine. Dans la préfecture de Dubréka, dix bureaux de vote saccagés. Dans la préfecture de Télimélé, cent huit bureaux de vote vandalisés. Dans les préfectures de Forécariah et de Coyah, le vote s’est déroulé dans sérénité. Aucun incident n’a été enregistré.

Région administrative de Nzérékoré : Dans la préfecture éponyme de Nzérékoré, soixante et un bureaux de vote saccagés, dont dix-neuf dans la commune urbaine. Dans la préfecture de Yomou, deux bureaux de vote saccagés. Dans les préfectures de Lola, de Macenta, de Beyla et de Guéckédou, là également, le vote s’est déroulé dans la sérénité. Aucun incident n’a été déploré.

Région administrative de Faranah: Préfecture de Faranah, préfecture de Kissidougou, préfecture de Dabola, aucun incident dans ces trois préfectures. Préfecture de Dinguiraye, six bureaux de vote vandalisés.

Région administrative de Boké: Dans la préfecture de Boffa, empêchement du vote dans trois bureaux dans la sous-préfecture de Mankountan qui, cependant, n’ont pas été saccagés. Dans la préfecture de Koundara, quinze bureaux de vote saccagés. Dans la préfecture de Gaoual, quatre bureaux de vote saccagés. Dans les préfectures de Fria et de Boké, le vote s’est également déroulé dans la sérénité. Aucun incident n’a été déploré.

Région administrative de Labé: Préfecture de Labé, le vote s’est tenu sereinement dans deux cent quatre bureaux dans la commune urbaine. Et le vote a été empêché dans les sous-préfectures par des actes de violence. Dans la préfecture de Tougué, trente et huit bureaux de vote ont été saccagés. Dans la préfecture de Lémouma, huit bureaux saccagés dans la commune urbaine. Dans la préfecture de Koubia, le vote a été empêché dans cent douze bureaux de vote. Dans la préfecture de Mali, quatorze bureaux de vote vandalisés.

Région administrative de Mamou : Dans la préfecture de Mamou, cinquante et sept bureaux de vote vandalisés. Notons que dans la sous-préfecture de Kègnèko, des assaillants ont envahi en livrant une bataille contre les résidents décidés à voter sous la complicité prouvée du maire de Kègnèko. Malheureusement, on a déploré un mort. Préfecture de Dalaba, soixante et quinze bureaux de vote vandalisés. Préfecture de Pita, vingt-cinq bureaux de vote vandalisés.

Région administrative de Kankan: Les préfectures de Kankan, de Mandiana, de Kouroussa, de Kérouané, de Siguiri ont connu un vote paisible, serein et dans la totale quiétude : absolument, aucun incident n’a été signalé.

Dans la ville de Conakry : Commune de Matoto, zéro bureau de vote saccagé. Commune de Matam, zéro bureau de vote saccagé. Commune de Dixinn, vingt bureaux de vote saccagés. Commune de Kaloum, zéro bureau de vote saccagé. Commune de Ratoma, cent quarante bureaux de vote saccagés.

Notons que le scrutin ne s’est pas tenu dans les quartiers de Nasroullaye, de Dar-es-Salam, de Bantounka 1, de Bantounka 2, de Koloma 1 et de Sonfonia-gare 2 à cause des actes de violence. Ceci, c’est dans la commune de Ratoma.

Comme on le voit, Mesdames et Messieurs, chers concitoyens, l’immense majorité des Guinéens a donc tenu à s’exprimer et l’a fait dans la paix, la sérénité et la quiétude totale. Hommage doit être rendu au peuple de Guinée pour sa maturité politique et sociale. Car, ne l’oublions pas: les peuples sont acquis aux causes qu’ils jugent justes et nobles. Tenter de les embrigader relève d’autres époques bien lointaines. Hélas !