Dr Ousmane Kaba: «ce qui se passe à la Cour Constitutionnelle n’est que la manipulation programmée de la Constitution»

0
618

Absent du pays depuis un mois, Dr Ousmane Kaba, leader de PADES est rentré le week-end dernier. A peine arrivé, qu’il est invité dans les studios de la Radio Espace pour se prononcer sur l’actualité. Il a dit sa part de vérité sur les sujets brûlants de l’heure.

Interrogé sur le départ de Telliano de l’opposition républicaine, Dr Ousmane Kaba y voit la réaction d’un homme frustré: « j’ai senti beaucoup de frustrations. J’ai l’impression qu’il y a eu un problème conventionnel… J’attends de voir. Les trois leaders sont mes amis. Que ce soit Cellou, Dr Faya ou Telliano, ils sont des frères que je respecte. Il va falloir écouter les uns et les autres. Je ne peux rien dire pour le moment. Je viens d’arriver », a-t-il tranché avant de sauter lui-même sur la situation qui prévaut actuellement à Mandiana. «J’aimerais avant tout qu’on parle de Mandiana. Ce qui se passe là-bas est déplorable… Je présente mes condoléances aux populations de Mandiana. Elles ont rappelé au Chef d’Etat des promesses non tenues. Ces manifestations sont rationnelles, c’est normal. C’est le marché politique, le bulletin contre les infrastructures… Je me sens concerné parce que je suis membre fondateur du RPG. N’oubliez pas, le RPG a obtenu 97% de voix à Mandiana. »

Mais le Ministre Naïté est sur la voix avec des nouvelles mesures prises !

« Je vous apprends que le manque d’infrastructures ne concerne pas que Mandiana. C’est toute la Guinée. Si mesures il y a à prendre, il faut qu’elles soient pour tout le pays. Que ce soit à N’Zérékoré, Siguiri, Mandiana, Gaoual, Lola, Tougué, Lélouma, Dabola, il est difficile de se déplacer, de voyager. Les villes sont enclavées et coupées du reste du pays. C’est le cas de Mandiana ! C’est un problème sérieux. On ne peut pas parler de développement sans les infrastructures. Et on me donne raison aujourd’hui ! Quand j’avais évoqué cette réalité, on m’a fait expulser. J’ai insisté sur les micro-barrages. On ne m’a pas écouté. J’ai divorcé avec le parti. Voilà maintenant que le temps me donne raison. »

Pourquoi l’Etat a des problèmes à démarrer des projets, malgré la pose de première pierre dans certaines zones comme Kankan-Mandiana ?

Pour le président du PADES, aucun pays ne peut se développer avec ses propres fonds. « J’avais dit au départ qu’aucun pays ne peut se développer sur le Budget National de Développement. Il faut des fonds extérieurs. Mais on ne m’a pas écouté. Maintenant aujourd’hui, il est tard ! Il faut chercher les partenaires, qui eux, mettront du temps pour mettre la main à la poche. D’ailleurs pour avoir ces partenaires, ça prend du temps. De toutes les façons il est temps de revenir sur les propositions d’Ousmane Kaba…»

Vous croyez ?

« Bien sûr ! C’est moi qui ai fait les dossiers de fibre optique, du barrage Kaleta… Je suis un économiste ! Si on m’avait écouté, on ne serait pas là aujourd’hui

A propos de la concession du port autonome, l’ancien conseiller économique du Président de la République, dit que la manière dont le port a été concédé est floue. «Le port est le poumon de l’économie. C’est la porte d’entrée ! On ne peut pas faire en secret, ni en privé. Il faut associer tous les acteurs du port. D’ailleurs, qu’est-ce qu’on a cédé ? Et à qui on a cédé ? Quelles sont les obligations ? A vrai dire la forme est défaillante. Si c’était transparent, ça n’allait pas crier »

Que pense Dr Ousmane Kaba des agitations des travailleurs du Port et de l’arrestation du responsable syndical ?

«Ce ne sont pas des agitations. C’est une revendication légitime. Il ne devrait pas certes avoir une accusation personnelle. Mr Touré ne devrait pas s’attaquer à la famille du Président de la République. Ça noie l’intérêt du combat », a-t-il regretté avant de demander aux uns et autres de se ressaisir et de « rattraper ce qu’on peut rattraper ». Pour cela, il souhaiterait que les acteurs se retrouvent autour la table de négociations et que ramener le dossier à l’Assemblée Nationale. De toutes les façons, le président du PADES, dit seulement connaitre la forme, mais pas encore le fond. Il dira ensuite qu’il ne voit pas l’urgence de concéder le Port Autonome de Conakry.

Concernant le retard dans l’installation des maires et l‘accord politique signé entre le RPG et l’UFDG d’une part et celui entre le RPG et l’UFR d’autre part, Dr Ousmane Kaba affirme qu’il avait dénoncé les fraudes au cours de ces communales. « Au lendemain des élections, j’avais demandé d’annuler les élections. Il y avait eu trop de fraudes. Vous parlez de d’accord ? Voyez ce qui se passe à Kindia. Cet arrangement politique a crée plus de problèmes que de solutions… »

Que pense Dr Ousmane Kaba de la crise qui secoue la Cour Constitutionnelle ?  

« J’ai écouté les grands constitutionnalistes comme Me Togba Zogbélémou. C’est clair ! Tout ce qui se passe actuellement à la Cour Constitutionnelle n’est que la première étape de la manipulation de la Constitution pour ne pas qu’il y ait l’alternance démocratique. Je viens d’arriver. Laissez-moi m’entretenir avec les membres du PADES. Mais, je tiens déjà à vous dire que je suis pour la stabilité de la Cour Constitutionnelle… Sinon c’est une manipulation programmée de la Cour Constitutionnelle. Ce n’est pas parce qu’on a élu le président de la Cour Constitutionnelle qu’on va le démettre. Je dis il faut respecter la loi. S’il y a délit qu’on laisse la Cour Suprême constater. »

Pour ce qui est des 100 jours du Premier ministre, Dr Ousmane Kaba soutient que les premières intentions sont bonnes. « Je constate la volonté affichée. Je vois la détermination. Par rapports aux deux Premiers ministres amorphes, je crois que ce n’est pas mal. Mais je pense aussi qu’il faut écouter les autres. Surtout les enseignants. Ils souffrent dans ce pays. Il faut s’asseoir avec eux, et dire ce qui est possible de faire. Tout est négociable. Il faut que les acteurs s’entendent pour que nos enfants reprennent le chemin de l’école