Droits dans leurs bottes, les travailleurs de la SMD inflexibles sur certains points de leur revendication

avril 1, 2019 6:44

Comme nous l’annoncions dans une de nos précédentes publications, le Directeur général de la Société minière de Dinguiraye (SMD), Martin White et son épouse, Dr Olga sont persona non grata à Léro où opère leur compagnie, depuis ce weekend. Au couple White, s’ajoute le responsable de la Santé de ladite société, Sékou Camara que les travailleurs ne veulent point sentir sur le site.

Une situation qui a conduit à l’arrêt des travaux le vendredi 29 mars et qui a abouti à la convocation – à Conakry – des trois mis en cause. Selon le Secrétaire général de la Délégation syndicale de la SMD, le préalable pour la reprise des travaux, c’était le départ de ces trois personnes.

« Vu que cela a été effectif, nous avons repris le travail et tout est rentré en ordre. Les activités ont repris le même vendredi, à 20H. Et depuis lors, tout marche bien. En attendant, nous avons déposé un préavis de grève sur la table. Nous attendons que les décideurs soient sur le site pour qu’on puisse commencer les discussions autour des points revendicatifs », a confié Elhadj Momo Bangoura, dans une interview téléphonique accordée à Guinéenews©.

En plus du départ de ces trois personnes qui, du reste, est non-négociable, le Syndicat, par la voix de son Secrétaire général réclame aussi l’amélioration des conditions de vie des travailleurs, notamment en termes de soins sanitaires.

« C’est d’ailleurs la cause principale de demande du départ des trois responsables. Notre santé continue à se dégrader ici à la SMD. Avant l’arrivée de cette équipe, les travailleurs de la SMD avaient la possibilité de se faire soigner soit à Ambroise Paré, soit à la Clinique Pasteur. Mais aujourd’hui, nous avons perdu toutes ces cliniques. Les contrats ont été résiliés. Et aujourd’hui, c’est dans des petites cliniques à Conakry là-bas que les médecins ou quelques médecins à Donka, qui ont la charge de nous traiter au cas où nos soins nécessitent le déplacement sur Conakry. Sans compter le fait que sur le site ici, nous n’avons pas de spécialistes. Et les médicaments qu’on nous donne sont de moindre qualité. Ce sont tous ces griefs-là qu’on a portés », égrène le syndicaliste au bout de fil.

Depuis Dinguiraye, Elhadj Momo Bangoura dit avoir appris -hier dimanche- des rumeurs selon lesquelles le Directeur général et sa femme ne vont plus revenir sur le site ici et qu’on est en train de faire des démarches pour que M. Sékou Camara y retourne.

« Nous attendons de voir. Comme ce sont des rumeurs, nous n’accordons pas assez de crédit à cela. Mais les travailleurs sont déterminés. Si nous voyons nous l’un de ces trois là, aussitôt nous allons arrêter. Et ce sera un arrêt total », avertit-il.