Du cas des délégués du RPG « empêchés » à Labé: « Faux », rétorque le président de la Cepi

0
269

En prélude au scrutin présidentiel de ce dimanche 18 octobre 2020 en république de Guinée, des responsables locaux du RPG arc-en-ciel à Labé ont annoncé  que des délégués de leur parti auraient été empêchés d’accès à certains bureaux de vote. Un scenario aussitôt rejeté par le président de la commission électorale préfectorale indépendante (CEPI) de Labé, qui parle d’une cuisine interne au sein du RPG arc-en-ciel.

Thierno Aliou Mosquée Diallo, le député uninominal RPG arc-en-ciel de Labé explique dans quelles circonstances selon lui des délégués de leur parti ont été empêchés : « il y a certains délégués du RPG venus de Conakry qui ont été empêchés complètement d’être installés dans certains bureaux de vote. Notamment à Kourahodé (quartier), à l’école primaire de Konkola et à Pounthioun. Maintenant, lorsque les responsables du parti ont été informés, pour ne pas qu’on dise que le RPG a crée des problèmes dans les différents bureaux de vote de la commune urbaine de Labé, ils ont jugé nécessaire de faire remonter l’information au niveau du président de la CEPI tout en leur  disant de rejoindre le plus rapidement que possible le QG (quartier général). C’est ce qui fut fait, à l’heure où je vous parle tous sont rentrés. Donc, c’est une réalité, c’est une évidence » insiste-t-il.

‘’Faux’’ rétorque El Hadj Lamine Sangaré, le président de la CEPI de Labé qui livre sa part de vérité: « moi on m’a appelé pour me dire que des gens ont été chassés, qu’ils ont été menacés. J’ai fait la vérification, je n’ai vu aucun menacé. Ceux qui ont quitté, ont quitté de leur propre gré. Et ça c’était une cuisine interne entre eux. Moi personne ne m’a dit d’ailleurs que des délégués venaient d’ailleurs pour ici, aucun délégué ne s’est présenté à moi. Ils m’ont appelé le matin pour me dire, leurs responsables par la voix du général des collectivités, qu’il y a eu des bureaux qui veulent les empêcher d’installer leurs délégués. J’ai dit, dites moi les bureaux. Ils m’ont indexé les bureaux et j’ai dit allez dire aux gens là que vous êtes libres. Vous n’êtes pas à la charge de la CENI, ce n’est pas à la charge des démembrements de la CENI. Si vous n’avez pas confiance au premier délégué que vous avez envoyé, vous avez la latitude de les relever tous » entame-t-il.

Et de poursuivre : « ils m’ont dit que non, ils ont été menacés. J’ai été à Kourahodé,  j’ai trouvé les deux délégués du RPG qui sont sur place. J’ai dit jeunes, est-ce que vous avez été menacés ; ils me disent non. Je suis parti à Dianyabhé dans le quartier Madina où ont m’avait dit qu’un jeune a été menacé et chassé. Je l’ai trouvé dans le bureau numéro 03 dont on m’a parlé ; je lui ai demandé s’il a été menacé. Il m’a  dit qu’il n’a jamais été menacé, depuis le matin qu’il est là-bas. Cela a correspondu au moment où  directeur de cabinet m’avait appelé pour le vote par dérogation des bérets rouges envoyés à Labé. Je lui ai demandé d’accepter d’échanger avec le jeune qu’ils disaient être menacé ; il a accepté et a échangé avec le jeune qui a réitéré qu’il n’a pas été menacé » ajoute le président de la CEPI de Labé.

C’est ainsi selon lui également, que les délégués en question se sont retrouvés au gouvernorat de Labé : « maintenant on nous appelle pour nous dire qu’ils ont tous replié chez le gouverneur. Nous sommes partis et on a constaté qu’effectivement ils sont là-bas. J’ai dit que j’ai ma conscience tranquille, je me suis jamais interféré dans les problèmes d’un parti politique, ce n’est pas mon problème. La CENI a appelé, je leur ai expliqué ce qui s’est passé en ma connaissance » a conclu  El hadj Lamine Sangaré, le président de la CEPI de Labé.