Du monde médiatique à la politique: Lamine Guirassy n’exclut pas de sauter le pas

0
971

A tort ou à  raison, l’avenir politique de Lamine Guirassy est un sujet qui alimente la chronique dans la cité de façon quasi-systématique. C’est donc tout naturellement que la question a été évoquée dans l’émission « sans concession » de Guineenews© où l’influent journaliste et patron de presse était reçu ce vendredi 21 août.

Les liens supposés ou réels de l’animateur principal de la célèbre émission « les grandes gueules » avec les politiques est défraie la chronique dans la cité. Tout comme l’éventuel engagement politique de Lamine Guirassy. Pour éclairer la lanterne  de ses   millions  de lecteurs et autres internautes, votre quotidien électronique dont il était l’invité dans son  émission « sans concession », l’interroge sur le sujet.

A la question de savoir si Lamine Guirassy envisagerait  de sauter le pas en politique en politique, la réponse du PDG du groupe Hadafo est assez claire. « Tout est possible évidement », réagit-il vaguement. Puis, d’expliquer que « (…) Ce serait lâche de faire tout ce qu’on a pu faire en Guinée et demain ne pas réfléchir comme ça. Voilà. Demain, Lamine Guirassy homme politique ». Même si, soutient-il, « (…) Pour moi ce n’est pas un métier la politique. C’est une conviction. »

Laissant entendre que le fait « d’aller sur ce créneau là aussi n’est pas un péché », Lamine qui s’attend désormais à cette question à toutes les occasions se lâche. « Si demain je ne fais pas la politique, ce serait une lâcheté sincèrement parlant », avoue-il. Et de préciser que « j’aimerais être au moins maire de Boké… »

Des ambitions politiques sans limites

Mais si la mairie de Boké qu’il cite en exemple peut-être une option, M. Guirassy ne se fixe pas de limite quant à ses ambitions. Il n’exclut pas de se retrouver dans la bataille demain pour être président de la République. « Tout est possible, évidemment (…), répond-il à cette autre question. Et d’ajouter « qu’après tout, j’ai le droit. Je suis Guinéen. Si demain on me retrouve sur le champ politique, il ne faut pas que les gens soient étonnés. »

Seulement, dans sa démarche, le patron de presse le plus actif dans les  médias en Guinée rassure que le moment venu, il militerait à visage découvert. Un parti déjà « dans le tiroir, non je ne pense pas à ça en ce moment » réagit-il. Et de déclarer que « j’ai toujours dit que je ne me cacherai jamais derrière le micro pour faire la politique. Le jour où je dirai que c’est décidé, je me lance politiquement parlant, j’ai mon frère qui travaille avec moi qui peut reprendre le flambeau. De ce fait, si demain ça devait se faire, ça se ferait tout naturellement ».

Un discours qui a au moins le mérite d’être clair, quand on sait que  tout peut arriver d’un moment à l’autre.