e-Learning: professionnels de la santé, il existe désormais en Guinée une formation en ligne pour vous

avril 23, 2018 4:48
0

Le Centre National de Formation et de Recherche en Santé Rurale de Maférinyah (CNFRSR), sous l’égide du ministère de la Santé, a organisé du 20 au 21 avril un atelier d’évaluation de la formation en ligne en Soins de Santé Primaires (eSSP) et en Gestion des Services de Santé Sexuelle et Reproductive (eSSR) à Conakry.

 

Cette rencontre de deux jours, financée par l’Agence Belge au Développement (ENABEL) avec l’appui  technique de l’Institut de Médecine Tropicale (IMT) d’Anvers, a mobilisé 33 participants (Médecins, Infirmiers et Sages-femmes) venus de la capitale et de neuf préfectures (Coyah, Dubreka, Boffa, Boké, Pita, Lélouma, Koubia, Kankan et Yomou).

Il s’agissait, au cours de cet atelier, d’évaluer les premiers cours à distance (eSSP et eSSR) dispensés du 15 janvier au 30 mars 2018 afin d’améliorer la qualité des contenus des modules de formation et d’entamer des réflexions sur la création d’autres cours en ligne.

Au cours de cet atelier d’évaluation, il a été également question de discuter d’une extension de la plateforme à d’autres institutions d’enseignement outre les professionnels de la santé.

Pendant ces deux jours de travaux intenses, deux principaux thèmes axés sur les soins de santé primaires et la gestion des services de santé sexuelle et reproductive ont été discutés. Pour bien cerner les cours, les organisateurs ont opté pour la méthode participative en formant des groupes de travail.

Il faut préciser que l’inscription à ces cours eSSP et eSSR se fait en ligne à travers le lien suivant :https://fs10.formsite.com/formulierenITG/recrut/index.html.

« En fait quand vous cliquez sur le lien, il y a un formulaire qui se déroule et qui contient des sections que vous devez remplir : votre nom, votre niveau d’éducation ou votre diplôme, votre fonction. Il est également demandé dans ce formulaire d’attacher  une copie du Diplôme, un CV, etc. Cela nous permet de recueillir toutes les candidatures et en fonction de la pertinence pour notre public cible et nos objectifs, nous sélectionnons les candidats pour la formation en ligne », a expliqué au micro de Guinéenews Dr Karifa Kourouma, médecin, assistant de recherche au centre national de formation et de recherche en santé rural de Maferinyah.

A la fin de l’atelier, des participants ayant suivi les premiers cours ont dit leur satisfaction quant à l’organisation de cette formation. « Les soins de santé primaires constituent un thème important pour le système de santé guinéen, surtout pour nous les nouveaux fonctionnaires. Cette formation me permettra de corriger les faiblesses constatées dans mon district sanitaire», nous a confié Dr Diallo Fatoumata participante au cours eSSP.

Abondant dans le même sens, Dr Simon Pierre Lamah, médecin en service à la Direction Préfectorale de la Santé de Kankan et participant au cours eSSR, avoue avoir appris beaucoup de choses pendant cette formation. «Non seulement par la richesse du contenu des modules dispensés, mais surtout par rapport au monitorage, à la gestion des données, et la qualité des connaissances reçues que nous pouvons mettre à profit dans nos différents districts sanitaires», s’est-il réjouit.

Les forces de cette formation ont été appréciées par les participants notamment la qualité et la disponibilité du personnel en charge de la formation (Administrateurs et Responsable Informatique) et des facilitateurs des modules.

Ils ont également noté que cette formation permet aux nouveaux fonctionnaires du domaine de la santé d’être au même niveau que les anciens. Ils préfèrent cette formation au séminaire car, affirment-ils, la compréhension est évaluée avec la possibilité de poser des questions sans complexe et les réponses sont données par les pairs étudiants ou le facilitateur ou encore l’administrateur.

Par ailleurs, il faut préciser, qu’outre les professionnels de santé guinéens qui ont bénéficié de cette formation en ligne, il y a eu également des professionnels de santé d’autres pays qui se sont intéressés à cette formation notamment du Congo, du Burundi, de l’Egypte, du Rwanda, du Burkina Faso, du Mali, du Cameroun et du Nigéria. Pour ces étrangers, la formation des prochaines cohortes qui débutera le 1er juin 2018, leur sera ouverte.

Selon le Dr Alexandre Délamou, Coordinateur de ce programme de formation e-Learning, il est également prévu de collaborer avec la Faculté des Sciences et Techniques en Santé de l’Université Gamal Abdel Nasser de Conakry pour la reconnaissance de ces deux cours comme diplômes universitaires.