voir Plus
    dimanche, 11 avril 2021
    28 C
    Conakry
    «Le plaisir de vous informer objectivement sans biaise ni tabou est notre crédo». YBS

    Ebola à Gouécké : les contacts de Lucie, la patiente zéro activement recherchés (autorités)

    A Gouécké, épicentre de la nouvelle épidémie d’Ebola en Guinée, autorités locales et agents de santé sont à pied d’œuvre pour rechercher ceux qui ont pris part aux obsèques de l’infirmière Lucie Haba, celle qui est vraisemblablement la patiente zéro. « C’est une femme qui était très connue et qui avait aussi des parents un peu partout dans les villages voisins. En plus des gens de Gouécké, des gens sont donc venus de Womey et de Soulouta pour assister à son enterrement », a indiqué à Guinéenews Ibrahima Koné, le sous-préfet de cette circonscription située à quelque 45 kilomètres de la commune urbaine de N’Zérékoré. « Les personnes contacts sont nombreux », a-t-il ajouté.

    A la suite de Lucie Haba, le 12 février, deux de ses frères sont décédés le lendemain.  Selon nos informations, ce sont eux qui s’occupaient d’elle quand elle avait contracté la maladie. Le mari de Lucie et ses deux coépouses ont également contracté la maladie, selon le sous-préfet.  Ils ont tous été transférés à N’Zérékoré. De N’Zérékoré, le mari a été transféré à Conakry. Intervenant chez nos confrères de Djoma TV, le directeur régional de la Santé de N’Zérékoré, Adama Kaba, a signalé qu’il y a 9 cas dont 4 morts depuis le début de la maladie. Parlant des cinq vivants, il a indiqué que quatre sont hospitalisés à N’Zérékoré et un à Conakry.

    Dr Adama Kaba a confirmé que l’heure est à la recherche des personnes contacts à Gouécké. « Nous avons commencé à recenser tous les contacts des cas suspects […] parce qu’il faut avoir leur liste », a indiqué le directeur régional. Parlant certainement des contacts déjà identifiés, il dira : « nous avons fait la cartographie, c’est-à-dire les lieux de leurs résidences. Nous sommes en train de les suivre tous les jours, du matin au soir, pour suivre l’évolution de leur état de santé. Si quelqu’un développe de la fièvre ou souffre d’une diarrhée sanglante, on le transporte au CTS-PI (centre de traitement Ebola) pour confirmation ».

    Qu’en est-il des contacts non encore identifiés ?

    « Nous n’avons trouvé aucun d’eux aujourd’hui », nous a indiqué le sous-préfet, lundi soir. Parmi ces contacts, nous a signalés le sous-préfet, se trouve la femme et les enfants d’un des frères décédés de la défunte Lucie. A Gouécké, la rumeur croit savoir qu’ils sont dans le district de Kabiéta. Sauf qu’il reste à les retrouver.

    À LIRE AUSSI

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    Please enter your comment!
    Please enter your name here

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    PUBLIREPORTAGE