Éboulement à Coyah: les autorités locales tirent la sonnette d’alarme

août 16, 2018 8:36
0

L’occupation anarchique reste toujours une préoccupation en Guinée. Des citoyens construisent des maisons au quotidien dans des zones interdites comportant de graves risques pour leur existence.

 C’est le cas de Friguiadi-plateau, dans la sous-préfecture de Manéah où une ancienne carrière, exploitée par des sociétés brésiliennes ZACOPE et HENAN Chine, bradée et cédée ensuite à des particuliers, s’est effondrée le 13 août. Un drame a fait un mort.

Dans une visite effectuée sur ces lieux du sinistre le mercredi 15 août, le préfet de Coyah, Ibrahima Barboza Soumah a déploré cette situation qu’il n’a pas hésité de qualifier de ‘’négligence collective’’.

« Ce n’est que le jour de l’accident, quand nous sommes venus, nous avons posé la question au chef secteur et au chef de district… Ils nous ont déclaré que les riverains venaient se débrouiller dans cette carrière à la recherche de graviers et des blocs cailloux qu’ils revendent. Malheureusement, c’est dans ce contexte que ce drame est survenu. C’est déplorable.  On doit suivre l’exploitation et la restauration de la carrière, tout cela n’a pas été fait.  C’est une situation malheureuse. Il faut que les autorités à tous les niveaux essayent d’assumer leurs responsabilités. Je crois qu’il y a eu une négligence de part et d’autre et cette négligence coupable a occasionné ce qui s’est passé. Il difficile d’agir, il faut l’avouer. Car comme vous le savez, pour la petite histoire, cette zone est la zone conflictuelle entre Dubréka et Coyah. Si vous voyez même ceux qui sont installés  à côté  bien que nous, nous revendiquons que ce territoire revient géographiquement et territorialement à la préfecture de Coyah, mais c’est revendiqué en même temps par Dubréka. Et beaucoup qui sont installés ici, ont des donations de la direction préfectorale de l’habitat de Dubréka », a confié le Préfet de Coyah.

Pour sa part, Ousmane Lansary Sylla, le directeur préfectoral par intérim de la Ville et de l’Aménagement du Territoire de Coyah, a regretté cet accident qui a causé une perte en vie humaine. Toutefois, il nie toute implication de son service dans le bradage de ce site et  accuse ces collègues de Dubréka d’être les responsables de cette occupation anarchique de la zone.

«Comme vous le constatez, c’est un cas malheureux qui est survenu le lundi passé suite à un éboulement. Au nom du ministre de la Ville et de l’Aménagement du Territoire, nous présentons toutes nos condoléances à la famille éplorée. Parce que la femme était en quête du quotidien (…) Présentement en tant directeur préfectoral de l’habitat par intérim, je ne sais pas comment ces gens sont venus. Puisque nous faisons le contrôle presque tous les matins. Mais il est avéré aujourd’hui par la complicité de certains de nos collègues de Dubréka que cette zone est aménagée par la direction préfectorale de Dubréka », accuse Lansary Sylla.

Pour rappelle depuis sa nomination à la tête du  ministère de la Ville et de l’Aménagement du Territoire, Dr Ibrahima Kourouma a engagé une croisade contre les occupations anarchiques à Conakry et dans les villes de l’intérieur du pays.

Déjà depuis quelques semaines, on assiste à des opérations de démolition dans certains quartiers de la capitale Conakry. Et sur de nombreux sites, l’on remarque des croix rouges sur plusieurs bâtiments, un signe qui montre que les dits endroits sont interdits à toute exploitation.

Fatoumata Dalanda Bah de retour de Manéah pour Guinéenews