Écroulement d’un immeuble à Coronthie : De nouvelles mesures contre les constructions anarchiques

juillet 31, 2018 1:21
0

Le ministre de la Ville et de l’Aménagement du territoire et les ordres des architectes et des ingénieurs ont décidé lundi de la mise en place d’une commission d’inspection des immeubles en chantier à Conakry. L’inspection des chantiers pourra donc démarrer ce mardi. La décision prise au cours d’une réunion d’urgence à la Conservation foncière intervient deux jours après l’effondrement d’un immeuble qui a causé la mort de quatre personnes à Coronthie, un quartier populaire de la commune de Kaloum, centre administratif et des affaires de la capitale guinéenne.

« Nous sommes tous responsables (ministère de tutelle, les ordres des architectes et des ingénieurs et même les populations) de ce qui se passe aujourd’hui en matière de construction en Guinée…Il fallait alors nous retrouver pour d’abord tirer les leçons du drame qui vient de se passer (l’effondrement de l’immeuble à Coronthie) et nous organiser pour éviter désormais des situations de ce genre », a indiqué le ministre Ibrahima Kourouma au sortir de cette réunion d’urgence.

Durant la réunion, le ministre de la Ville et de l’Aménagement du territoire, des représentants des deux ordres et des responsables de bureaux d’étude ont passé en revue les problèmes à la base des écroulements d’immeubles en Guinée. « Le plus important était de nous retrouver pour définir de nouvelles méthodes de collaboration », a indiqué le ministre.

Pour une meilleure collaboration contre l’anarchie, le ministère entend impliquer les ordres nationaux des architectes et des ingénieurs dans la délivrance des permis de construction. L’objectif étant d’éviter que les permis se retrouvent dans les mains de n’importe qui, mais aussi pour qu’on sache qui est architecte ou pas. « Vous avez beaucoup d’architectes et d’ingénieurs qui ne sont pas inscrits à leurs ordres respectifs parce que tout simplement, ils ne disposent pas des documents nécessaires. Nous allons travailler pour que tous ceux qui travaillent dans ce pays comme ingénieurs ou architectes se retrouvent dans les ordres », a annoncé Ibrahima Kourouma.

Dans la salle, lors de la réunion, un archictecte a signalé que près de la moitié des chantiers à Conakry sont dirigés par des architectes méconnus de l’ordre. Certains maîtres d’ouvrages ignoreraient tout simplement les architectes.

Le ministre de la Ville et de l’Aménagement du territoire a indiqué qu’on devrait aussi travailler avec les bureaux d’études. « Puisqu’on peut avoir un bon arhitecte et un bon ingénieur, mais s’il n’y a pas de contrôle, les conditions ne seront pas respectées », estime le ministre.

Au-delà de la commission d’inspection, ministre, architectes et ingénieurs se sont accordés sur la mise en place d’un conseil national de la construction.

Revenant sur l’éffondrement de l’immeuble de 7 étages à Coronthie, le ministre estime qu’il y a eu du mauvais travail en matière d’ingénierie. « Il y a eu plusieurs injonctions  pour arrêter ces travaux, mais elles n’ont jamais été respectées. Il faut donc renforcer les capacités des inspecteurs pour donner plus de force aux actions qu’ils mènent », a dit le ministre.

Pascal Faber, directeur d’un bureau d’études, estime que l’écroulement des 7 étages illustre  la construction anarchique des bâtiments à Conakry. « Vous ne devez pas construire R+7 sans étudier le sol, surtout dans un quartier qui, théoriquement, serait à renové…Il n’y a pas eu vraiment de contrôle », estime-il.