voir Plus
    dimanche, 11 avril 2021
    28 C
    Conakry
    «Le plaisir de vous informer objectivement sans biaise ni tabou est notre crédo». YBS

    Education : La Guinée bénéficie d’un soutien financier de l’AFD

    Le gouvernement guinéen vient de recevoir un soutien de taille dans la gouvernance au niveau du secteur de l’éducation nationale. Il bénéficie de 7,5 millions d’euros financés par l’Agence française de développement (AFD) dans le cadre d’un renforcement de capacités dans les trois départements chargés de l’éducation pour la période 2020-2029.

    C’est un dispositif d’assistance technique du Fonds commun de l’Education sur le budget d’affectation spéciale qui vise à appuyer le programme décennal pour l’éducation en Guinée (ProDEG). Il comprend 14 experts nationaux et internationaux positionnés au sein de l’administration des ministères de l’Education nationale et de l’Alphabétisation, de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique, et l’Enseignement technique et la formation professionnelle.

    « Leur rôle est d’accompagner les cadres de l’administration centrale et déconcentrée afin d’assurer un réel transfert de compétences, suivant une démarche de renforcement de capacités co-construites avec les ministères bénéficiaires, l’AFD », a indiqué Jérémel Pellet, directeur général d’Expertise France.

    Selon le chargé d’Affaires de l’ambassade de France en Guinée et en Sierra Leone, Fabien Talon, « ce dispositif de renforcement de capacités financé à hauteur de 7,5 millions d’euros par l’AFD en maîtrise d’ouvrages directs vise à appuyer le démarrage et le bon fonctionnement du Fonds commun et à renforcer les capacités nationales de planification et de révision. »

    Avant de signer le Protocole d’Accord avec Expertise France, le ministre de l’Economie et des Finances, Mamadi Camara, a justifié le motif de la modalité de l’appui : « Le choix de cette modalité d’intervention a été motivé par la volonté du gouvernement guinéen d’aligner l’aide internationale sur les systèmes nationaux afin d’améliorer la gestion de nos finances publiques au niveau sectoriel et d’assurer la déconcentration du secteur de l’éducation. »

    Selon lui, cette modalité va permettre de structurer le renforcement de capacités à long terme et de concentrer le dialogue sur la définition de pilotage global et le suivi des politiques publiques au niveau sectoriel.

    À LIRE AUSSI

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    Please enter your comment!
    Please enter your name here

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    PUBLIREPORTAGE