Education : le ministre Sangaré dresse le bilan des 8 dernières années dans le secteur

0
717
Mory Sangaré, ministre

Dans le cadre de la série de comptes rendus relatifs aux activités gouvernementales, le ministre de l’Education Nationale et de l’Alphabétisation, Mory Sangaré était face à la presse ce lundi 9 décembre, a-t-on constaté sur place.

A l’entame de son intervention, le ministre de l’Education Nationale et de l’Alphabétisation (MENA), Mory Sangaré a rappelé que l’avènement de la troisième République en décembre 2010, le secteur de l’éducation nationale et de l’alphabétisation était confronté à de nombreuses difficultés liées à la situation socio-économique.

 «Des capacités d’accueil insuffisantes ; des indicateurs du système en deçà des attentes : taux brut de préscolarisation à 7,5% ; taux brut de scolarisation au primaire à 78% dont 70% pour les filles avec des disparités ; taux brut de scolarisation au secondaire à 38% dont 27 % pour les filles ; taux d’analphabétisme estimé à 65% ; la baisse de la qualité de l’enseignement/apprentissage, due en grande partie au faible niveau académique et professionnel de nombreux enseignants ; un taux de redoublement élevé (15% au primaire); l’insuffisance des manuels scolaires et autres matériels pédagogiques ; le non-respect des plans d’études et des programmes par certains enseignants ou établissements souvent aggravé par des perturbations sociopolitiques; l’insuffisance de suivi et d’encadrement rapproché ; la mauvaise gestion des ressources humaines  se traduisant par une répartition non rationnelle des enseignants, un taux élevé d’absentéisme et d’abandons de postes ; le non-respect des textes régissant le fonctionnement de l’enseignement privé», a-t-il énuméré.

Pour corriger cette situation et atteindre les objectifs assignés à son département, le ministre Mory Sangaré a fait savoir que le gouvernement à travers le département, avec l’appui des Partenaires Techniques et Financiers (PTF), a entrepris au cours des huit dernières années, un programme d’actions de réformes au niveau des axes suivants.

« La construction/réhabilitation entre 2011 et 2018 de 6 669 salles de classe dont 5 446 au primaire et 1 223 au secondaire contre 1 204 entre 2001 et 2010. Ce total se décompose comme suit : la construction et l’équipement de 5855 salles de classes dont 4934 à l’élémentaire et 921 au secondaire dans les 8 régions du pays ; la réhabilitation de 814 salles de classe dont 512 à l’élémentaire dans toutes les régions et 302 salles de classe au secondaire dans 5 régions sur 8 (Conakry, Boké, Kankan, Mamou, Nzérékoré) … En construction : 376 salles de classe dont 231 à l’élémentaire et 145 au secondaire. En réhabilitation : 547 salles de classe dont 277 à l’élémentaire et 270 au secondaire. La confection et la distribution de 150 340 table-bancs ; l’ouverture et le fonctionnement de cantines dans 1 087 écoles ; l’ouverture de 2 000 centres d’alphabétisation des jeunes et adultes avec priorité aux filles/femmes ; la relance de 226 centres nafa (école de la seconde chance) », a rappelé le ministre Sangaré.

S’exprimant sur la qualité de l’enseignement-apprentissage, le ministre Mory Sangaré a indiqué ceci : « il y a eu une amélioration de la gestion du temps d’enseignement apprentissage depuis 2014 à travers la conception chaque année, d’un calendrier scolaire déterminant la durée en jours, semaines, mois de l’année scolaire, incluant les plans de progression et permettant une planification rationnelle de l’ensemble des activités pédagogiques et parascolaires pour un pilotage efficace de l’année; le renforcement des capacités de 22 991 encadreurs et enseignants de l’élémentaire en mathématiques, français, pratique professionnelle et management de 1650 enseignants en gestion des classes multigrades , 101 enseignants dans les écoles pilotes d’ELAN de 26 314 enseignants et directeurs d’école dans l’élaboration et la mise en œuvre des Plans d’Amélioration de l’Ecole (PAE) ; de 2 000 professeurs et de 1 600 chefs d’unités pédagogiques au secondaire en didactique des disciplines ; la relance des journées d’animation pédagogique (JAP) pour 958 enseignants en charge des classes de 10ème année et de terminales, 720 maitres de CM1 et de CM2, en techniques d’évaluation des apprentissages, notamment dans la gestion des grands groupes et la formulation   des items d’évaluation ;  l’acquisition et la distribution  de 17 063 497 (dix-sept millions soixante-trois mille quatre cent quatre-vingt-dix-sept) manuels scolaires de français, de calcul, de sciences d’observation, d’histoire/géographie et d’éducation civique aux élèves du primaire, de 2 524 000 livres de mathématiques, français, sciences physiques, biologie et d’anglais aux élèves du collège, de 226 000 manuels de mathématiques et de français aux élèves du lycée;   la mise à disposition des enseignants de 193 746 guides des manuels dont 168 928 du primaire et  24 818 du secondaire ; la distribution de 250 000 livrets d’alphabétisation de base et de post-alphabétisation ; la mise en œuvre du chronogramme annuel des inspections pédagogiques et administratives et de l’encadrement rapproché des enseignants dont le nombre est passé de 233 entre 2001 et 2010 à 4 431 entre 2012 et 2018 ; l’introduction de l’enseignement de la langue anglaise au collège et son expérimentation à l’élémentaire avec l’approche Jolly Phonics ; la suppression des moyennes annuelles de cours dans le calcul de la moyenne d’admission au baccalauréat ; l’amélioration de la lecture et du calcul au CP à travers l’expérimentation de deux approches d’apprentissage précoce EGRA (Early Grade Reading assessment,) pour la lecture et EGMA, (Early Grade Mathematics assessment,) pour les mathématiques) ».

S’agissant de la gestion des ressources humaines, le ministre Mory Sangaré a déclaré que l’effectif global du personnel de son département est estimé à date, à 38055 enseignants dont 6689 encadreurs. Les enseignants sont répartis comme suit : 21372 au primaire et 9994 au secondaire.

Pour améliorer l’allocation des ressources humaines mises à sa disposition, le ministre Sangaré a affirmé que ses services centraux et déconcentrés procèdent chaque année à des actions de redéploiement. « Pour cette année par exemple 2019, 204 enseignants ont été redéployés de Conakry pour l’intérieur du pays. A Conakry, 57 professeurs de collège et de lycée identifiés comme excédentaires à leurs postes, ont été réaffectés dans les cinq communes pour combler des déficits repérés lors des contrôles effectués. Toujours à Conakry, le redéploiement au primaire est actuellement en cours », a-t-il précisé.