Education: une rentrée des classes boycottée à Labé

0
405

Comme on pouvait s’y attendre, la rentrée des classes n’a pas été effective en ce mercredi 03 octobre 2018 dans la Préfecture de Labé. Les élèves en particulier et les encadreurs en général ont suivi le mot d’ordre de grève, a constaté sur place Guinéenews.

Dans la matinée de ce mercredi 03 octobre, les cours n’ont pas repris dans les écoles à Labé. Ce malgré la présence par endroits de certains encadreurs et quelques élèves en tenue dans certaines écoles. Ce même constat a été fait par  Assiatou Diouldé Diallo, Directrice Préfectorale de l’Education : « depuis le matin je suis avec l’autorité régionale, avec les cadres de la DPE (Direction Préfectorale de l’Education), de l’IRE (Inspection Régionale de l’Education) nous sommes en train de sillonner dans les écoles mais le constat que nous avons eu ce matin c’est qu’au niveau des écoles visitées, le personnel administratif est là, les enseignants programmés sont là mais aucun élève. Et on était d’ailleurs avec la coordination préfectorale des APAE », explique la DPE de Labé.

Cyprien Malano, le directeur des études du complexe scolaire Saint André de Labé tente se justifier la présence des encadreurs: « nous sommes là pour respecter la note de service qui dit que la rentrée c’est le 03 octobre. Il faut le reconnaitre on a eu peu d’élèves et peu d’enseignants. Les parents aussi ont peur d’envoyer leurs enfants parce qu’ils ne savent pas ce qui va se passer » soutient-il.

Pour Naima Baldé, le secrétaire général du bureau local du SLECG, le mot d’ordre de grève a bel et bien été respecté par les enseignants : « la grève que nous avons lancée a été respectée. Nous avons demandé aux enseignants de rester à domicile ; les gens sont inquiets, nous-mêmes, nous sommes parents d’élève et nous savons par exemple que les parents d’élèves payent au niveau du privé par tranche. Donc nous avons voulu déclencher la grève avant la reprise des classes », affirme-t-il.

Dans l’attente de la reprise des négociations entre SLECG et gouvernement, Niama Balde et ses paires restent déterminés à aller jusqu’au bout.