Élection à la guinéenne : fin du poker menteur !  

0
320

Sans surprise, la  Cour constitutionnelle a confirmé ce samedi la réélection du président Alpha Condé à l’issue de la présidentielle du 18 octobre dernier, avec 59,50% des suffrages exprimés, loin devant son challenger Cellou Dalein Diallo qui n’a récolté que 33,49% des voix. Un verdict  rejeté aussitôt par deux des candidats à ce scrutin controversé, à savoir Cellou Dalein Diallo et Me Abdoul Kabèlè Camara, qui sans se bercer d’illusions, avaient eu la prescience de dire qu’ils n’attendaient pas de miracle de la part de cette institution.

Le verdict final de la Cour constitutionnelle est venu mettre fin au faux suspense entretenu  autour des résultats provisoires publiés par la Commission électorale nationale indépendante (Ceni). Car contrairement aux attentes de certains utopistes, les réclamations portées par les candidats contestataires des résultats de la Céni n’ont pas été prises en compte.

En effet, les scénarii à la kényane ou à la malawite, deux pays dont des présidentielles furent annulées pour ‘’manque de transparence’’ par leurs Cours constitutionnelles respectives, sont loin de la coupe aux lèvres.

Et comme l’avaient prédit ses contempteurs, notre Cour constitutionnelle a suivi à la virgule près le verdict de l’Organe chargé d’organiser les élections en Guinée. Confortant ainsi  Alpha Condé dans  la tentation du troisième mandat à laquelle il n’aura pas résisté. Mais aussi ceux qui avaient qualifié ces élections  de  pantomime démocratique. Estimant que le scénario de réélection du président Condé à un troisième mandat était écrit d’avance.

C’est le cas de Lansana Kouyaté, Sidya Touré et Dr Faya Millimono. Des opposants au régime de Conakry qui ont eu un dissentiment avec le leader de l’Union des forces démocratiques de guinée (Ufdg) sur cette élection. Cellou Dalein Diallo ayant décidé à la dernière minute de participer au scrutin, contre l’avis du Front national pour la défense de la constitution (Fndc), plateforme hétéroclite dont ces ténors sont membres.

En allant à cette présidentielle, Dalein a voulu sans doute prendre le maître de jeu, à son propre jeu. C’est ainsi qu’il dit avoir potassé sa participation à ce vote. Il en veut pour preuve la victoire qu’il s’est arrogée avec 53% d’un mécanisme disruptif.

Mais c’était sans compter avec le césarisme dans lequel nous sommes englués. La proclamation des résultats définitifs devrait en principe mettre fin à ce poker menteur. Mais Dalein n’entend pas baisser le pied.

Dans un discours adressé à ses compatriotes ce samedi, l’opposant accuse Alpha Condé d’avoir rusé pour s’octroyer ce mandat de trop.

Tout en appelant ses partisans à défendre sa victoire.