Election de Jacques Gbonimy à la tête de l’UPG : Ce que compte faire l’ancien président par intérim du parti

0
1465

Dans cet extrait d’une longue interview accordée à Guineenews, Henry Kpogomou, ancien président par intérim de l’Union pour le Progrès de la Guinée (UPG), après le décès de son premier leader, Jean Marie Doré, entend se battre pour remettre le parti sur les rails à travers la reprise du dernier congrès qui fait de Jacques Gbonimy le nouveau président de cette formation politique.

« Jacques n’est pas élu. C’est un montage », a lancé d’entrée l’ancien président par intérim de l’UPG en réponse à la question de savoir ce qu’il compte faire après l’élection de Jacques Gbonimy à la tête de l’UPG.

Henry Kpogomou n’entend pas baisser les bras. Il envisage d’user de tous ses droits pour faire reprendre le congrès. « Je suis un homme politique, je vais me battre. Je veux que l’UPG rentre dans l’ordre des grands partis. J’userai de tous mes droits pour que ce congrès soit repris. Je suis prêt à témoigner devant n’importe qui. Si Me Mathos s’assoit, je ne vais pas m’assoir. Et sachez que ceux qui répondent à mon nom ne vont pas répondre à l’appel de la nouvelle direction. Ceux qui ont fait le forcing pour aller au congrès l’ont déjà essayé, ils se sont heurtés à cela. Il y en a qui disent que c’est parce que je me sentais battu que je me suis retiré, non ! Je veux être élu légalement avec fierté ».

Il est ensuite revenu sur le motif de son retrait de la salle avant même l’élection du président du parti. « Dans la salle du congrès, j’ai posé une question au secrétaire politique du parti par rapport à la qualité des congressistes. Il a répondu que tous ceux qui sont venus au congrès sont tous congressistes. Ils sont électeurs et éligibles à la fois. Je dis vous ne me donnez pas une réponse d’un secrétaire politique. Il me dit, c’est comme cela que j’ai vu. Alors c’est cette réponse qui m’a valu de prendre la décision de me retirer dans un débat ridicule. Je ne me ridiculise pas. Monsieur Doré m’a formé pour ça. Quand je veux, je le fais, quand je ne veux pas, je ne le fais pas. Donc je suis un produit pur et dur de monsieur Jean Marie Doré. Certainement, je n’ai pas le même talent que lui, mais j’ai mes talents et mes stratégies à moi », a expliqué Henry Kpogomou.

L’ancien secrétaire par intérim de l’UPG va plus loin pour exprimer sa déception quant aux démarches menées pas ses collègues auprès du pouvoir en place avant la tenue du congrès. « Je dis donc que ce congrès n’est pas légal. Et de surcroit, c’est cette même équipe qui va demander conseil au pouvoir. Ils vont voir Bah Ousmane qui les envoie chez Dr Diané, des gens de la mouvance, pour demander conseil, pour venir au congrès. Quand j’ai entendu cela, j’étais encore complètement déçu. Par contre, toute une nuit, on me dit que Me Alfred Mathos veut vendre le parti, si on le laisse le temps. Mais eux, ils l’ont déjà vendu. S’ils sont incapables d’organiser à leur niveau un congrès sans demander conseil à un autre parti, des renforts pour faire organiser leur congrès, je pense qu’ils ne méritent pas de diriger le parti ».