Élections du 22 mars : un proche d’Alpha Condé parle des défis du scrutin et qualifie Cellou d’«ex-chef de file » de l’opposition

0
704

« Le défi pour nous, c’est l’organisation et le taux de participation. Les deux convergent. C’est un camouflet pour l’ex-chef de file de l’opposition qui est le plus grand perdant de la journée… »

Ce dimanche 22 mars, jour du double scrutin législatif et référendaire en Guinée, le président Alpha Conde a voté aux environs de 10 heures 35 minutes au bureau de vote N°5 du quartier Boulbinet, commune de Kaloum.

‘’Les échos de l’intérieur du pays semblent converger vers un vote sans violences. Les localités considérées fiefs de l’opposition, connaissent des violences qui ont empêché l’installation des bureaux de vote comme c’était initialement prévu’’, confiait sous le sceau de l’anonymat cet après-midi, un grand commis, proche du président de la République.

Malgré ces perturbations, la Présidence guinéenne affichait à la mi-journée un certain optimiste quant au déroulement global du double scrutin de ce dimanche 22 mars.

« Le défi pour nous, c’était l’organisation et le taux de participation. Les deux convergent pour l’instant. C’est un camouflet pour l’ex-chef de file de l’opposition Cellou Dalein Diallo qui est le plus grand perdant de la journée… », constate notre interlocuteur qui rassure toutefois que le président Alpha Condé reste, au nom de la paix et de la quiétude des Guinéens, toujours ouvert au dialogue avec toutes les forces vives du pays.

Faut-il souligner que les principales forces politiques du pays, y compris l’UFDG de Cellou Dalein Diallo, ont décidé de boycotter ces élections législatives et référendaire.