Elections législatives : ce que Kassory Fofana promet aux Guinéens

janvier 31, 2019 9:49

Tenue à Conakry ce 30 janvier 2019, la réunion Guinée – Union Européenne (UE) vise à consolider la coopération entre les deux parties. Co-présidée par le Premier ministre guinéen, Ibrahima Kassory Fofana, et le chef de la Délégation de l’UE, Josep Coll, elle s’est consacrée sur les points suivants : la coopération, la consolidation de la démocratie, la migration et l’amélioration de l’environnement des affaires, etc.

A cet effet, le locataire du palais de la Colombe a vanté les performances économiques de la Guinée avec une croissance avoisinant les « deux chiffres » et a annoncé de bonnes perspectives dans les années à venir.

Ainsi, selon le chef du gouvernement : « La Guinée a fait des progrès soutenus dans la construction de l’Etat de droit (…) grâce à l’engament du chef de l’Etat, Alpha Condé et l’accompagnement soutenu de ses partenaires en particulier l’Union Européenne ».

Kassory Fofana s’est aussi réjoui de la mise en place des « institutions républicaines ». D’ailleurs, il se glorifiera en disant que « la Guinée est parmi les rares pays de la sous-région qui ne compte pas dans ses prisons de prisonniers politiques ou de journalistes ».

En ce qui concerne les élections législatives prochaines, le chef du gouvernement guinéen a promis que « le gouvernement veillera à la bonne tenue des opérations, dans la transparence, l’indépendance d’action de la Ceni, l’esprit de consensus et la concertation avec la classe politique ».

Car, dit Kassory Fofana : « un système démocratique qui ne crée pas les conditions propices à l’essor économique n’est que mirage et ne peut s’inscrire dans la durée ».

Enfin, faut-il mentionner que l’Accord de Cotonou est le cadre des relations politiques entre l’UE, ses Etats membres et les pays d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP). Et ce dipsoitif prévoit en son article 8 la tenue régulière d’un dialogue politique portant sur les objectifs définis dabs l’Accord ainsi que sur toutes les questions d’intérêt commun.