Electricité : Conakry renoue avec les délestages sur fond de surfacturation

0
1075

La desserte en électricité est de plus en plus perturbée à Conakry. La fameuse desserte par rotation est revenue  et certains  quartiers sont même privés de courant pendant plusieurs jours. Malgré tout, de longues files d’attente se forment devant les agences de la société électricité de Guinée pour le payement des factures. Une situation qui indigne les consommateurs qui sollicitent l’implication de l’Etat pour les soulager.

«Vraiment, il y a un manque criard de courant alors que dans les conditions normales, l’électricité doit être permanent en Guinée. Malheureusement, les dirigeants n’ont aucune pitié pour la population. Ces derniers jours, je vois le courant pendant un laps de temps dans la journée et le soir aussi, à peine venu il repart aussitôt», déplore Ousmane Diaouné qu’on a trouvé dans une longue file d’attente devant l’agence EDG de Kipé.

Cette rareté du courant électrique perturbe plusieurs activités. A seulement quelques semaines des examens de fin d’année, Mamoudou Bella Camara se fait des soucis pour la  révision.

«Parfois, le courant vient la journée et repart au moment où on a plus besoin de lui. On peut se lever à 4 heures du matin pour manger, on trouve qu’il n’y a pas d’électricité. Je suis élève mais, les coupures intempestives m’empêchent de réviser. En plus, les factures sont exorbitantes. Je paie une somme de 800 milles francs guinéens comme pour ce mois. Alors qu’on a l’habitude de payer que de 300 à 400 mille. Si les factures sont chères, cette cherté doit être compensée par la stabilité du courant», estime le jeune élève.

Avec l’arrivée des compteurs post payés,  plusieurs ménages ont vu le montant de leurs factures doubler voire tripler. C’est le cas de Mohamed Conté et qui ne cachent pas son indignation.

« De un peu plus de 200 mille, la facture  a été rehaussée jusqu’à 300 mille FG. Maintenant, on m’a envoyé une facture estimée à une somme de 1 million230 mille. Alors que sur mes factures antérieures, il est indiqué que ma redevance est de zéro franc. A l’EDG, on dit que c’est la consommation qui a augmenté mais même mon téléphone n’est pas chargé à cause du manque de courant. Alors que ce sont des factures qui portent sur des périodes où il y avait des délestages à Lambanyi et à Cobaya », se lâche Mohamed Conté.

Même son de cloche chez Souleymane Bah qui a été sommé de payer ses arriérés de facture.

«Maintenant les factures sont trop chères. Ce matin, on m’a obligé de payer une pénalité de plus de 300 mille francs guinéens alors que j’étais juste venu payer la facture fraiche. Chaque deux mois, on envoie la facture même si tu n’a pas le courant, tu es obligé de payer », plaint ce commerçant.

Cet autre homme de la soixantaine, père de famille, a reçu une facture de 800 mille pour les deux derniers mois. Pourtant selon lui, il n’a pas de matériels électroménagers. Etonné,  il s’est rendu à l’agence de l’EDG pour avoir des explications.

« Actuellement la facturation est fantaisiste. Par exemple, ma première facture EDG était de 190 mille, la deuxième, 280 mille et cette fois-ci, j’ai reçu une facture de 800 mille. Vraiment, on ne peut pas supporter ces coûts alors que dans ma maison, je n’ai même pas de téléviseur à plus forte raison un réfrigérateur ou autre. Donc, je suis venu voir pourquoi EDG m’a envoyé cette facture »,  déclare le Viel homme, dépité.

Depuis quelques jours,  des manifestations spontanées sont enregistrées dans certains quartiers de la banlieue. C’est le cas de Cosa Camp-Carrefour où des jeunes sont sortis barricadés.

Pour l’heure, nos tentatives d’avoir une réaction des responsables de la société électricité de Guinée sont restées vaines.