Electrification des zones rurales: le ministre de l’Energie donne le coup d’envoi du projet

0
616

Le ministre de l’Energie et de l’Hydraulique Dr. Cheick Taliby Sylla a procédé ce samedi 23 mars au lancement de l’électrification des zones rurales. C’est le district Gbéréiré Bafila dans la préfecture de Forécariah qui a été retenu comme le village pilote.

D’après le ministre Taliby, plus de 70% de nos populations vivent dans les zones rurales. C’est pourquoi son département a, a-t-il justifié, approché une société pour aider à électrifier le plus vite que possible toutes les zones rurales. «Le président de la République a dit dans l’un de ses discours que dans 5 ans, la Guinée sera le pays le plus électrifié de la sous-région. C’est un pari réalisable», a-t-il affirmé.

Dans son intervention, le ministre l’Energie a rappelé que les travaux du mégaprojet de construction du  barrage hydroélectrique de Souapiti sont avancés à plus de 70%.  «Ce qui veut dire que le chronogramme d’octobre 2019 est bien tenable. Rien ne nous empêchera de bonifier le barrage hydroélectrique de Kaléta en 2019 pour améliorer son productible pour mieux desservir Conakry et la ligne interconnectée pendant les périodes d’étiage. C’est vrai que tout le monde veut avoir de l’électricité. Mais aujourd’hui, nous sommes dans une phase de transition énergétique. Tout le monde entier est en train de migrer vers l’énergie renouvelable qui sont, entre autres, le solaire et l’éolien qui sont des énergies non seulement propres mais aussi, qui ne polluent pas», a-t-il fait savoir.

Poursuivant, Dr Cheick Taliby Sylla a affirmé que ce projet d’électrification des zones rurales s’inscrit dans la dynamique de l’électrification rurale à travers AGER (Agence Guinéenne d’Electrification Rurale)

Pour l’ingénieur de la société Lightbox, Pierre Fares, en donnant le courant électrique dans les zones rurales qui sont complètement déconnectées du réseau national, cela favorise l’éducation, la sécurité et l’emploi (…).

«C’est un système de technologie allemande adapté aux conditions environnementales et climatiques de la Guinée. S’il est bien entretenu, il a une durée de dix ans et il sera élargi aux autres villages du pays. Pour l’acquérir, chaque foyer doit s’abonner à 200 mille francs guinéens. Il doit payer une mensualité de 83 mille francs guinéens. Pour l’instant, il y a 144 foyers qui sont déjà installés et après 4 ans, le système devient leur priorité. Il y a en Guinée trois mille villages qui sont non-électrifiés», a-t-il expliqué.

Interrogé, le président du district de Gbéréiré Bafila a déclaré que sa localité n’a jamais eu le courant par le passé. «Nous sommes très contents aujourd’hui de voir la lumière chez nous. Ici, pour charger nos téléphones, nous les regroupons et les remet à une personne qui se rend en ville pour les charger. Désormais, nous avons non seulement la lumière mais, nous avons aussi la possibilité de recharger nos téléphones», s’en est-il réjoui.