Elevage: en attendant la gestation des premières vaches inséminées

août 3, 2018 12:34
0

C’est une expérience que Oyé n’a pas vue, on ne peut pas dire aussi que Roger l’a déjà pratiquée, cette expérience. Et pour beaucoup, c’est aussi une première fois de voir procéder à une insémination artificielle en plein air.

Les caméras n’ont pas osé montrer l’opération de près par pudeur ou quoi, personne des téléspectateurs n’a compris ce qui a été fait. Même les inséminateurs gauches, par leur posture, semblaient hésitants et pas trop entraînés. On ne sait pas si « Cow Amadou », l’autochtone de Timbi Madina, était sur les lieux et ce qu’il en a retenu et ce qu’il en pense.

Sur les vaches inséminées (combien, au fait ?), y a-t-il une prescription ou un suivi médical particulier à recommander à « Cow Amadou », au cas où il constaterait des comportements bizarres chez ses vaches ?

A moins que ce ne soit une opération expérimentale et dans ce cas, on aimerait connaître l’état de gestation des vaches inséminées. Soit dit en passant, les vaches inséminées  n’avaient pas des arrière-trains suffisamment potelés pour supporter une « gestation pour autrui », si la semence venait d’un zébu, par exemple.

Avantages et inconvénients de cette opération

Le fait que les taureaux se disputent et se donnent des coups de cornes dans les pâturages, les chances d’un accouplement réussi sont rares. L’insémination artificielle, elle, peut s’avérer infaillible. Mais dans ce cas, c’est priver les taureaux de ce qui leur est naturellement dû. Car, on sait qu’une vache en chaleur est consentante, pas une qui est en gestation. Dans ce cas, il faudrait craindre une farouche bataille entre les mâles.

On a vu les « Cow » appeler leurs bêtes pour l’abreuvoir ou pour le fourrage et s’éloigner vivement à causes des coups de cornes redoutables que les bêtes peuvent se donner pour de la nourriture, leur agressivité sera plus violente s’il s’agit d’autre chose. Ne doit-on pas appréhender des batailles entre mâles si toutes les femelles étaient inséminées, porteuses et non consentantes? Les éleveurs traditionnels, qui n’ont jamais connu une telle expérience seront à mesure de gérer cette nouvelle situation ?

Oyé Guilavogui avait bien raison de ne pas se lancer dans l’inconnu. Quant à Roger Millimono, on attend qu’il exhibe un premier veau d’or né de cette expérience.