Elie Kamano à sa sortie de la DPJ : « C’est une façon de m’intimider »

novembre 8, 2018 9:33
0

Convoqué ce jeudi à la DPJ pour « outrage au chef de l’Etat », l’artiste de reggae Elie Kamano est reparti libre chez lui au terme de son audition.

Selon son avocat Me Salifou Béavogui, la Direction de la Police Judiciaire (DPJ) s’était trompée de personne. « Le fait reproché à mon client ne lui est pas imputable », nous a-t-il confié. Si l’avocat s’est limité à l’aspect juridique de l’audition de son client, l’intéressé quant à lui, estime que sa convocation ne visait qu’à l’intimider.

« La leçon à tirer dans tout cela, c’est que c’est un danger pour la liberté d’expression. Il s’agit d’abord d’une façon de m’intimider en tant que leader d’opinion. Parce qu’ils savent qu’il y a des choses que je peux dire dans les chansons si je ne les dis pas dans les sorties médiatiques. Ils veulent me faire comprendre que les artistes qui attaquent le système  seront dorénavant poursuivis par les autorités de la place », nous a dit l’artiste dans un entretien téléphonique. « Mais moi , je ne vais pas céder aux intimidations », a-t-il déclaré.

Aussi, Elie Kamano estime que « les autorités de la place » sont en train de faire la publicité gratuite du single « Les Vagabons politiques » du reggaeman Amiral Dakk Kamano – à ne pas confondre à Elie Kamano. Un single ajouté sur Youtube depuis le mois de juillet dernier. « Si vous interpellez aujourd’hui quelqu’un à cause de ce morceau, c’est que, derrière, il y a un message à passer. Ce message, il ne passe pas chez moi », a dit Elie Kamano.