Elimination du Syli U23: le consultant Saïdou Diakité impute la responsabilité à l’encadrement

septembre 11, 2019 12:46

Hier mardi 10 septembre 2019, au stade  du 28 septembre, le public sportif guinéen a assisté à l’élimination du Syli national U23 par son homologue de la Côte d’Ivoire sur le score de 2 buts à 1. On se souvient peu avant, le samedi 7 septembre précisément, au stade Félix Houphouët Boigny d’Abidjan, les guinéens avaient réussi l’exploit de gagner la partie sur le score limite de 1 but à 0.

Une contreperformance qui élimine carrément l’équipe guinéenne dans la course pour les phases finales prévues au mois d’octobre prochain en Egypte. Sans passer par le dos de la cuillère, le consultant sportif Thierno Saidou Diakité met cette élimination à l’actif de l’encadrement technique avec à sa tête Souleymane Abedi Camara.

« On le dit souvent, on ne change pas une équipe qui gagne. Mais la surprise générale, l’encadrement a présenté un effectif quelque peu remanié. Parce que les deux atouts offensifs, à savoir Maï Traoré et Jules Keita ont commencé la partie sur le banc de réserve. C’est en deuxième période qu’ils ont fait leur entrée sur le terrain. Ce qui a facilité la tâche aux ivoiriens qui ont dominé la partie de bout en bout. Parce qu’on n’a pas retrouvé la sérénité au sein de l’équipe guinéenne qui a laissé l’entrejeu à l’équipe ivoirienne qui a mené des actions très dangereuses. Car, au premier rideau, le défensif était quasiment inexistant. Et au plan physique, ils ont dominé. Aussi, tous les duels aériens étaient à l’avantage des ivoiriens alors que les guinéens ne faisaient que balancer des balles aériennes pour le grand bonheur des défenseurs ivoiriens », dresse comme regard l’analyste sportif.

Evaluant tout l’enjeu qu’il y avait autour de cette rencontre, M. Diakité fait comprendre que la Guinée laisse filer une opportunité d’être promue sur le plan international. Car, porte-t-il à la connaissance de l’opinion publique sportive, à l’issue des phases finales qui vont se dérouler au mois de novembre avec huit équipes en Egypte, les trois premières vont se qualifier directement pour les Jeux olympiques prévus l’année prochaine à Tokyo.

« Il va falloir donc revoir la politique d’encadrement et de gestion de nos équipes. Vous savez que nous sommes déjà sous une menace de sanction pour la catégorie U17 qui constitue un peu la relève des autres catégories, à savoir les U20, les U23 et pourquoi pas le Syli national A? Alors, c’est bien dommage qu’on accumule ces contreperformances ces derniers temps sur le plan du football », se lamente Thierno Saidou Diakité.