Émeutes à Konkouré : deux blessés graves, le sous-préfet chassé des lieux

0
1090

Les jeunes de la sous-préfecture de Konkouré, localité  située à une vingtaine de kilomètres de la ville de Mamou ne veulent plus sentir leur sous-préfet. Depuis plusieurs mois, ils ne conjuguent plus le même verbe. L’arrestation  jeudi dernier du secrétaire général du RPG arc-en-ciel de la localité a constitué la goutte d’eau qui a fait déborder  le vase. Une émeute s’en est suivie qui a contraint le sous-préfet de quitter les lieux dans la soirée, avec une escorte de gendarmes. L’intervention des services de sécurité aura fait deux blessés graves, lors de ces incidents.

Ibrahima Diallo, un jeune de la localité revient sur les incidents : « A chaque occasion, le sous-préfet insulte et maudit les jeunes de Konkouré à tort. Parce que selon lui, nous ne l’associons pas dans nos activités. Les sages se sont impliqués pour arranger le problème. Hier c’était le jour choisi pour qu’on se rencontre. Le sous-préfet décline en informant les sages qu’il a une réunion à la préfecture de Mamou. Il propose qu’on reporte la rencontre à dimanche prochain. Entre temps dans la soirée, le sous-préfet revient avec des convocations et des gendarmes. Il fait arrêter pour un premier temps le secrétaire général du RPG. Pendant qu’ils recherchaient les autres, les jeunes se sont mobilisés pour attaquer sa résidence. J’ai pris le devant pour m’entretenir avec le sous-préfet avant que les jeunes n’arrivent. Dès qu’il m’a vu chez lui, il me dit de ne pas mettre pieds à sa résidence car c’est une violation de domicile. Je lui fais comprendre que les jeunes veulent l’attaquer de m’expliquer le problème pour trouver une solution. Il me répondit que le premier qui mettra pieds chez lui qu’il va le poignarder. Après les cris ont commencé a fusé, puis les jets de pierres. Le sous-préfet s’enferme dans sa résidence. Les jeunes caillassent son véhicule. Le sous-préfet appelle un second renfort de gendarmes qui lorsqu’ils sont arrivés, ceux-ci ont échangé avec les jeunes des pierres contre du gaz lacrymogène. Le jeune arrêté était à Mamou. Le sous-préfet voulait se sauver avec les gendarmes. C’est ainsi que des jeunes surexcités ont bloqué tous les issus et ont exigé la libération du secrétaire général du RPG. Ne trouvant d’issue pour quitter la localité, le jeûne a été libéré. C’est lorsqu’on apprit sa libération que nous avons levé les barrages pour permettre aux gendarmes de fuir avec le sous-préfet et sa femme. Nous demandons aux autorités de nous trouver un autre sous-préfet, car il n’est pas le seul fonctionnaire. Nous ne voulons plus le voir ici », tempête cet habitant de Konkouré.

Quant à Thierno Amadou Diallo, le secrétaire général du RPG, il revient sur sa mésaventure au micro de Guineenews© : « j’étais tranquillement assis chez moi aux environs de 17h, le sous-préfet est venu avec des gendarmes qui m’ont tendu une convocation. Je leur ai répondu puisqu’il y a des responsables ici, je vais informer le président du district et je m’y rendrai demain à la gendarmerie. Les gendarmes ont dit d’accord et se sont retournés. Soudain le sous-préfet leur intime de m’arrêter. Ils m’ont pris pour me déposer dans leur pickup et ont fait le tour de la sous-préfecture. Tout le monde m’a vu dans leur pick-up. Après ils m’ont envoyé à la gendarmerie de Mamou où j’ai été enfermé. Le colonel m’a appelé à son bureau et m’a demandé quel est le problème? J’ai répondu que je ne sais rien, et que seul le sous-préfet peut l’expliquer. Le colonel me dit qu’on tient des réunions sans informer le sous-préfet. J’ai répondu avant ce sous-préfet on tenait des réunions. J’ai été enfermé. C’est qu’après 19h que le colonel m’a sorti et m’a demandé si je n’ai rien perdu. Il m’a ensuite donné 30000GNF le transport pour retourner à Konkouré. Il m’a dit d’aller sensibiliser mes camarades », explique notre interlocuteur.

Rencontré à Mamou, Thierno Amadou Bah, le sous-préfet livre sa version des faits : « il y a un jeune enseignant contractuel, Mamadou Baldé, qui mobilise la jeunesse contre moi depuis cinq mois. Ce jeune s’est livré à des injures publiques et a menacé ma famille. Il fait des réunions clandestines contre moi. Il a fait une pétition contre moi et a cherché à faire signer par tous les présidents de districts de Konkouré. Ces derniers ont refusé de signer. Toujours les jeunes continuaient à me menacer. Des rumeurs faisaient état que les jeunes ont l’intention d’incendier ma résidence. J’ai porté plainte contre les leaders surtout Mamadou Baldé. Hier Mamadou Condé fut le premier à jeter les cailloux sur ma voiture. C’est Ibrahima Diallo Freeman qui était à la tête de l’attaque. Mamadou Baldé est venu vers la fenêtre et m’a dit que je ne sortirai pas vivant de là, j’ai répondu que c’est Dieu qui sait », a-t-il accusé.

Le bilan de l’émeute est de deux blessés graves par des tirs de gaz lacrymogènes. L’un des serait dans un état critique, pour avoir été atteint grièvement  à la tête. La voiture du sous-préfet fut aussi  complètement caillassée lors de ces émeutes.