Emeutes meurtrières en Guinée : le RPG accuse l’UFDG et son leader d’avoir des «allures subversives»

novembre 10, 2018 6:06
0

Pourquoi le RPG Arc-en-ciel a annulé sa dernière marche ? Le ministre de l’Enseignement Technique, de la Formation Professionnelle et du Travail, Lansana Komara apporte ici des précisions. C’était à la faveur de l’assemblée générale traditionnelle du parti à Gbessia.

Pour M. Komara, les militants du parti jaune ne vont jamais ‘’se laisser abattre par des bandits qui tuent et qui s’attaquent aux symboles de la République’’. Il a estimé que le policier qui a été froidement assassiné à Wanindara à la suite de l’appel à la ‘’ville morte’’ de l’opposition, est une atteinte aux symboles de l’Etat. Lisez son intervention :

«Le RPG Arc-en-ciel est un parti politique légaliste. Nous respectons les lois de la République. C’est pourquoi nous avons accepté l’annulation de notre marche programmée. Cela ne veut pas dire que nous allons nous laisser marcher sur des pieds. Nous n’allons pas aussi nous laisser abattre par des bandits qui tuent et qui s’attaquent aux symboles de l’Etat et de la République. Tenez-vous bien, tuer un policier ou un gendarme, c’est s’attaquer aux symboles de la République. Notre parti s’incline devant la mémoire de toutes les victimes civiles et militaires pendant les manifestations organisées par Cellou Delein Diallo et son parti l’UFDG. Nous invitions le gouvernement à faire toute la lumière sur les crimes afin que les bourreaux et commanditaires soient mis hors d’état de nuire. Nous demandons à la justice de juger toutes les affaires criminelles dans les meilleurs délais. Nous prenons la communauté internationale à témoin sur les agissements et l’allure subversive de l’UFDG et de son leader. Restons vigilants parce que quand on a à faire à ces genres de personnes,  il faut être vigilant. Nous devons resserrer les rangs en restant à l’écoute de la direction nationale du parti. Le peuple de Guinée ne se laissera pas bâillonné par les mouvements qui cherchent à le terroriser. Ils ont transformé l’axe Hamdallaye Bambéto en axe du mal. Si certains ne veulent pas entendre ce nom, quand on tue sur un axe, les véhicules sont saccagés, cet axe n’a pas d’autre nom que de mal. S’ils veulent rebaptiser l’axe, il faut qu’il change de posture. Pour le moment, c’est un axe du mal parce beaucoup de crimes y sont produits», a-t-il dénoncé.