Empêchement des législatives : voici cet article du code électoral qui ne facilite pas la tâche à l’opposition

0
754

L’une des particularités de ce processus en cours des législatives du 16 février, c’est que les étapes du processus sont particulièrement parsemées d’embuches. Après le démarrage difficile de la révision exceptionnelle du fichier électoral, c’est l’affichage des listes qui connait des fortunes diverses. Tantôt, c’est l’opération qui ne débute pas pour une raison ou une autre selon les localités. Tantôt, ce sont des listes d’électeurs affichées qui sont arrachées et détruites, comme c’est le cas à Matam et Ratoma à Conakry, N’Zérékoré, Dalaba, Boké… à l’intérieur du pays.

Mais il en faut plus pour entamer la détermination de l’organe en charge de la gestion des élections en Guinée pour l’organisation du scrutin. C’est du moins ce que nous retenons d’un entretien accordé à Guinéenews par le commissaire Ali Bocar Samoura de la commission électorale nationale indépendante (CENI).

Dans ses propos, le directeur du département de la communication de la CENI admet qu’il y a des difficultés. Mais M. Samoura n’en est pas pour autant préoccupé. Du moins, il affiche un certain optimiste quant à la capacité de la CENI à surmonter ces difficultés, y compris celles de remplacer les commissaires qui ont suspendu leur participation au processus en cours. Même s’il s’attarde sur les questions de sécurité à ce niveau.

A propos des menaces qui pourraient rendre impossible la tenue du scrutin dans certaines circonscriptions, notre interlocuteur est quasi catégorique qu’il n’en existe pas. S’appuyant sur les dispositions du code électoral, il fait remarquer que la modicité du nombre d’électeurs dans une circonscription donnée n’entame en rien la validité de l’élection. En tout cas, l’article 122 du code électoral en vigueur stipule que : « au scrutin uninominal à un tour, est élu le candidat ayant obtenu la majorité simple du suffrage exprimé. »

Une disposition légale qui va rendre particulièrement difficile la tâche de l’opposition qui menace d’empêcher ces législatives auxquelles elle a décidé de ne pas prendre part.