Énergies renouvelables : l’AREI, le forum de Conakry, les projets… Chantale Cole et Nouhou font le point

0
394

Samedi 15 juin, au lendemain des quatre jours de forum sur les énergies renouvelables pour l’Afrique tenu à Conakry, Chantal Cole et Safiatou Alzouma Nouhou ont animé un point de presse dans un réceptif hôtelier de la capitale guinéenne. Respectivement point focal de l’AREI (sigle anglais de l’Initiative Africaine pour les Énergies Renouvelables) en Afrique de l’Ouest et directrice de l’Unité d’exécution indépendante de l’AREI, les deux dames ont fait le point sur l’Initiative et sur le forum tenu à Conakry. Elles ont aussi parlé des projets de l’AREI, ainsi que du programme de formation et d’accompagnement des régions.

« L’AREI est une volonté politique. C’est une initiative qui a été portée par nos chefs d’Etat […] L’objectif de l’AREI c’est d’aider l’Afrique à exploiter son énorme potentiel en énergies renouvelables en vue d’améliorer les conditions de vie de tous les Africains, et aussi amorcer notre transition vers un développement sobre en carbone », a dit Safiatou Alzouma Nouhou à l’entame de ses propos sur l’Initiative lancée en 2015 lors de la COP21 à Paris (France). Elle poursuivra en disant que l’objectif de l’AREI est d’essayer d’aider les pays africains à mettre en place des écosystèmes les permettant d’attirer les investissements et de faciliter le financement direct des projets énergétiques. Pour atteindre son objectif, a expliqué la Nigérienne, l’AREI s’organise autour d’un Conseil d’administration1 – l’instance suprême composée de cinq chefs d’Etat (représentant les cinq régions du continent) comme membres votants et des observateurs (l’UA, l’UE, France et la BAD2) –,  d’un comité technique, d’une réunion ministérielle et d’une Unité indépendante de mise en œuvre. C’est cette dernière qui joue le rôle de secrétariat.

Safiatou Alzouma Nouhou a aussi indiqué que l’AREI vise 300 gigawatts à l’horizon 2030 et 10 gigawatts d’ici 2020.
128 projets

Ces objectifs chiffrés en termes de capacité nouvelle et additionnelle sont-ils atteignables ? L’Initiative est sur la bonne voie, si on s’en fie aux explications de Cole et Nouhou. Pour atteindre les objectifs 2030, il faut déjà atteindre ceux de 2020. À propos de ces derniers, Chantale Cole rappelle qu’une enveloppe financière de 10 milliards de dollars avait été adoptée lors de la COP21.

À la suite de la COP de Paris, 19 projets avaient été adoptés à Conakry, en mars 2017, par le deuxième conseil d’administration de l’Initiative. A ces 19 projets se sont ajoutés cinq autres adoptés à New York. Chantale Cole a rassuré que le financement est acquis pour ses 24 projets. « Depuis 2017, il ne s’était rien passé. En revanche, bilatéralement, les pays ont continué à défendre les énergies renouvelables chez eux », a-t-elle dit.
Rendez-vous en 2020

En marge du forum tenu à Conakry, le Conseil d’administration avait un seul objectif : adopter les projets pour l’atteinte de l’objectif 300 gigawatts à l’horizon 2030. Selon Chantale Cole, 104 projets ont été adoptés, ainsi que 3 milliards d’euros et 2.7 gigawatts.

Le forum de Conakry, Chantale Cole espère qu’il deviendra un rendez-vous annuel. Pour ce premier forum, la mobilisation a été au-delà des attentes. « On a voulu un forum quasi confidentiel, mais on a eu le plaisir de constater la présence de plus 250 étrangers dans la salle le jour du lancement. Dans cette salle de 300 personnes, beaucoup de gens étaient debout », s’en est-elle réjouie.

En plus d’être le représentant de la région Afrique de l’Ouest, le président Alpha Condé est le président du Conseil d’administration de l’AREI. En dépit d’être parmi les observateurs, la BAD (banque africaine de développement) est l’institution qui héberge pour le moment l’unité indépendante de mise en œuvre de l’AREI.