Enlisement de la crise sociopolitique en Guinée : la mise en garde de l’opposition au pouvoir

décembre 28, 2018 12:50

« Nous ne laisserons plus les fossoyeurs de la démocratie marcher sur les lois de la République…»

Les leaders de l’opposition républicaine (OR) se sont réunis ce vendredi 28 décembre pour évoquer la situation socioéconomique de la Guinée. Au sortir de cette réunion, le porte-parole de cette opposition a fait une déclaration à la presse.

Selon Ahmed Kourouma, « l’opposition s’est réunie encore ce jour parce qu’elle a encore des préoccupations pour la situation économique de notre pays ».

« Nous avons tiré les leçons de l’action du SLECG (syndicat libre des enseignants et chercheurs de Guinée) et nous leur apportons notre soutien entier quant aux actions à venir. [Le SLECG a] notre solidarité absolue », enchaîne-t-il.

Parlant de l’élection ‘’chaotique’’ du maire de Matoto, Ahmed Kourouma précise : « la bêtise insistant toujours, en ce qui concerne Matoto, nous avons prévenu et nous le redisons, nous ne laisserons plus les fossoyeurs de la démocratie marcher sur les lois de la République. Il est hors de question que les élections à Matoto soient reprises. Que ce soit clair. En Tout cas, pour ce qui concerne le maire ».

Cependant, en ce qui concerne l’élection des vice-maires, il affirme : « nous sommes ouverts à l’élection des vice-maires. Nous ne sommes pas des antirépublicains. Les antirépublicains sont de l’autre côté. Nous sommes pour le respect des lois républicaines. L’élection du maire de Matoto s’est passée au vu et au su de tout le monde avec cette attitude antirépublicaine du membre du RPG qui est venu déchirer les bulletins  de nos compatriotes. Et ça, nous ne pouvons l’accepter. Donc, nous sommes ouverts à des discussions avec les autorités concernées ».

Pour ce qui est de la baisse du prix du carburant annoncé jeudi en Conseil de ministres, il dira : « nous constatons avec regret encore une fois que le gouvernement a biaisé et  a fait une baisse aumône au peuple. Nous considérons que la baisse du prix du carburant est minime et insignifiante eu égard à la baisse du cours mondial sur les matières premières et surtout sur le carburant. Nous demandons au gouvernement de revoir sa copie et de proposer une véritable baisse au peuple de Guinée qui sera équivalente  à ce que nous nous constatons sur le cours mondial ».