Enrôlement à Labé: « il y a eu 83 067 personnes recensées », président de la Cepi

0
635

Quelques jours après l’arrêt des opérations d’enrôlement et de révision des listes électorales, on a enfin une idée sur le nombre d’électeurs inscrits pour le moment du côté de la préfecture de Labé, qui est de 83 067 personnes enrôlées. Des statistiques révélées par le président de la commission électorale préfectorale indépendante (CEPI), contacté par notre reporter.

En plus de ces statistiques, le président de la CEPI de Labé aborde dans cet entretien la question de primes toujours impayées des opérateurs de saisie, car selon nos informations, seuls ceux de Labé et de Télémélé ne seraient pas encore payés.

« Pour ce qui est des résultats provisoires au niveau des CAERLE (commission administrative d’établissement et de révision de liste électorale) des 13 sous-préfectures de Labé, il y a eu 81 728 recensés. Pour ce qui est de la commune urbaine, il y a eu 83 067 personnes recensées, sans compter 5 CAERLE dont les résultats ne sont toujours pas disponibles. Donc au total on est près du quota de la précédente liste. Mais il reste encore un  manque à gagner, car c’est 164 795 personnes recensées, qu’on a à ce jour dans l’ensemble de la préfecture de Labé», explique El Hadj Lamine Sangaré, le président de la CEPI.

Par contre, les problèmes n’en finissent point après l’arrêt des opérations. Les opérateurs de saisie qui ne sont toujours pas impayés continuent à frapper à toutes les portes.

« Ce n’est pas à moi que les opérateurs doivent rendre des comptes, je ne suis pas leur employeur. Au contraire, je contrôle leur travail. Ils sont venus me voir avant-hier pour me faire part d’un problème de carburant, un autre problème lié à leurs contrats. J’ai répondu par rapport au carburant, que c’est difficile de parler de carburant après le travail; en plus une dotation en carburant n’est mentionnée nulle part dans leurs contrats de travail», a-t-il rappelé.

« Pour ce qui est des primes, j’ai contacté sur place la CENI en l’occurrence le directeur des démembrements. Je lui ai dit que c’est grave pour nous membres de la CENI, qu’on dise que des jeunes ont travaillé pendant près d’un mois sans être payés. Et là aussi, il y a des échelons; il y a des jeunes qui n’ont rien perçu, il y a d’autres qui ont reçu une part de leurs primes. Il m’a répondu qu’il a posé le problème au niveau du comité de pilotage, et que c’est Labé et Télémélé qui sont dans cette situation. Donc on attend », déplore-t-il.

Il faut rappeler que cette situation concerne un total de 120 personnes dans la préfecture de Labé.