voir Plus
    samedi, 17 avril 2021
    30 C
    Conakry
    «Le plaisir de vous informer objectivement sans biaise ni tabou est notre crédo». YBS

    Enseignement supérieur : les quatre règles d’or du ministre Sylla pour redresser le secteur

    « La première règle pour moi, c’est le respect de la hiérarchie ; la seconde règle, c’est le respect des attributions des uns et des autres. La troisième règle, c’est la transparence et la quatrième règle c’est l’intégrité. Je les appliquerai à moi-même et je veillerai que ces règles soient appliquées par tous mes collaborateurs. Vous trouverez toujours en moi un collaborateur loyal. Je ne serai pas non plus le ministre qui va vous sourire, qui va vous dire de belles paroles pendant que dans votre dos, il cherche à vous remplacer. Vous trouverez en moi un ministre ouvert, loyal et direct. Et je pars du principe que l’Administration étant impersonnelle, je ne viens pas dans ce département pour déplacer Paul et pour placer Pierre. Je viens dans ce ministère pour créer autour de moi une vraie équipe, créer un vrai consensus qui va nous permettre d’arriver à nos objectifs.  Ce ministère est trop important pour qu’il puisse souffrir de petites guéguerres, de dysfonctionnements et de comportements de nature à démotiver ou à opposer les différents responsables de ce ministère. »

    Le nouveau ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique, Aboubacar Sylla, a pris fonction ce jeudi 4 février 2021. Il remplace Pr. Aboubacar Oumar Bangoura, nommé à la tête de ce département il y a 7 mois.

    Le ministre sortant a rappelé certains des travaux qu’il a commencés et qu’il souhaiterait que son successeur poursuive. C’est le cas notamment du secteur de la recherche où une rencontre de concertation avait été organisée en fin décembre 2020 dans « la perspective de création d’une revue scientifique de référence internationale pour renforcer les travaux de recherche des enseignants-chercheurs. »

     Insistant sur l’importance de la recherche, Pr. Aboubacar Oumar Bangoura, a rappelé qu’il faut que ce secteur soit doté de financements : « je voudrais rappeler une chose fondamentale qui distingue les institutions d’Enseignement supérieur à travers le monde : la qualité de la recherche consignée dans les revues scientifiques. Or sans les financements suffisants, la recherche devient non seulement insuffisante mais aléatoire. C’est donc un chantier ouvert et il devra être poursuivi avec abnégation pour renforcer la reconnaissance des institutions d’Enseignement supérieur de la République de Guinée. Mais au-delà de cette reconnaissance souhaitée, c’est d’abord et avant tout un impératif de développement socio-économique. »

     Dans son intervention, le nouveau ministre a évoqué quelques inquiétudes : « Nous avons beaucoup trop d’étudiants et par rapport à nos besoins et par rapport aux capacités d’accueil et aussi par rapport au personnel d’enseignants qualifiés. Donc, il est extrêmement important que nous menions des réformes pour que notre enseignement ne soit pas une pyramide inversée avec beaucoup de cadre supérieurs. »

    Plus loin, Aboubacar Sylla dit qu’il va imposer des pratiques à l’ensemble des cadres du département ; des pratiques qu’il va s’imposer à lui-même : « La première règle pour moi, c’est le respect de la hiérarchie ; la seconde règle, c’est le respect des attributions des uns et des autres. La troisième règle, c’est la transparence et la quatrième règle c’est l’intégrité. Je les appliquerai à moi-même et je veillerai que ces règles soient appliquées par tous mes collaborateurs. »

     Si Aboubacar Sylla rassure les cadres de l’Enseignement supérieur d’être un collaborateur loyal, il les prévient tout de même : « vous trouverez toujours en moi un collaborateur loyal. Je ne serai pas non plus le ministre qui va vous sourire, qui va vous dire de belles paroles pendant que dans votre dos, il cherche à vous remplacer. Vous trouverez en moi un ministre ouvert, loyal et direct. Et je pars du principe que l’Administration étant impersonnelle, je ne viens pas dans ce département pour déplacer Paul et pour placer Pierre. Je viens dans ce ministère pour créer autour de moi une vraie équipe, créer un vrai consensus qui va nous permettre d’arriver à nos objectifs.  Ce ministère est trop important pour qu’il puisse souffrir de petites guéguerres, de dysfonctionnements et de comportements de nature à démotiver ou à opposer les différents responsables de ce ministère. »

    L’autre tâche à laquelle le nouveau ministre devra s’occuper, c’est les négociations avec le syndicat des enseignements au niveau du supérieur.

    À LIRE AUSSI

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    Please enter your comment!
    Please enter your name here

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    PUBLIREPORTAGE